Des grévistes de Lafarge manifestent chez un sous-traitant

David Penven david.penven@tc.tc Publié le 23 février 2016

.

©TC Media - Denis Germain

Près d’une dizaine de travailleurs en grève à l’usine Lafarge-Holcim à Saint-Constant se sont rendus chez Christian Chenail Transport à Saint-Rémi pour manifester leur mécontentement cet après-midi.

Selon Éric Boulanger, président de la section locale 6658 chez Ciment Lafarge, les travailleurs voulaient dénoncer le fait que les camions de cette entreprise qui agit comme sous-traitant de Ciment Large franchissent les lignes de piquetage.

«En prenant la pierre de notre ancienne carrière pour l’amener vers la nouvelle – située dans le même secteur – Chenail se trouve à franchir nos piquets de grève. On a les deux mains attachées. On est obligé de le regarder sans pouvoir rien faire», déclare celui-ci.

«Nous trouvons dommage que le syndicat ait recours à cette méthode», a répliqué pour sa part Karine Cousineau, responsable des communications et des affaires publiques chez LafargeHolcim Canada.

Rappelons que les syndiqués ont refusé en bloc l’offre globale et finale de l’employeur.

En manchette

Des grévistes de Lafarge manifestent chez un sous-traitant

David Penven david.penven@tc.tc Publié le 23 février 2016

.

©TC Media - Denis Germain


Près d’une dizaine de travailleurs en grève à l’usine Lafarge-Holcim à Saint-Constant se sont rendus chez Christian Chenail Transport à Saint-Rémi pour manifester leur mécontentement cet après-midi.

Selon Éric Boulanger, président de la section locale 6658 chez Ciment Lafarge, les travailleurs voulaient dénoncer le fait que les camions de cette entreprise qui agit comme sous-traitant de Ciment Large franchissent les lignes de piquetage.

«En prenant la pierre de notre ancienne carrière pour l’amener vers la nouvelle – située dans le même secteur – Chenail se trouve à franchir nos piquets de grève. On a les deux mains attachées. On est obligé de le regarder sans pouvoir rien faire», déclare celui-ci.

«Nous trouvons dommage que le syndicat ait recours à cette méthode», a répliqué pour sa part Karine Cousineau, responsable des communications et des affaires publiques chez LafargeHolcim Canada.

Rappelons que les syndiqués ont refusé en bloc l’offre globale et finale de l’employeur.