Un nouveau départ pour Coralie, greffée du rein


Publié le 15 février 2017

Coralie Rocheleau a reçu une greffe du rein

©Photo gracieuseté

Le 4 février 2013, Coralie Rocheleau était hospitalisée après qu’une maladie auto-immune ait infecté et détruit ses deux reins. Quatre ans après, jour pour jour, la jeune fille de 13 ans a reçu l’appel qu’elle espérait tant avoir. À l’autre bout du fil, la Dre Véronique Phan lui annonçait que Transplant Québec lui avait trouvé un rein compatible pour une greffe.

On veut lui donner la chance de redémarrer sa vie. Yann Rocheleau, père de Coralie

«Elle s’est mise à pleurer de joie! Elle était fébrile et nerveuse, car elle ne savait pas à quoi s’attendre», raconte sa belle-mère, Julie Fortier-Drouin.

L’opération de six heures a eu lieu le lendemain de l’appel. Sa mère, son père et sa belle-mère se relaient pour les prochaines semaines qui suivront pour l’accompagner.

652 traitements  

En 2013, les médecins ont diagnostiqué à Coralie une maladie auto-immune, la glomérulonéphrite pauci immune.  

«Sa seule façon de vivre, c’était de faire de l’hémodialyse trois fois par semaine, indique son père Yann Rocheleau, de Delson. Le 30 janvier, elle a reçu son 652e traitement.»

Coralie Rocheleau a dû suivre un régime extrêmement restrictif pour lui éviter d’accumuler trop de liquide, puisque son corps faisait de la rétention.

Dans un élan de frustration et de déprime, l’adolescente a refusé de prendre ses médicaments et de se nourrir pendant un moment. Elle a finalement accepté son sort.  

«Depuis novembre, les médecins disent que son corps et son système sont prêts à recevoir à la greffe, explique M. Rocheleau. Elle a l’équilibre physique et mental pour cette étape.»

Le rein compatible devait provenir d’une personne non-fumeuse âgée de moins de 40 ans. 

«La greffe de rein n’est pas une solution, mais un traitement, un substitut à l’hémodialyse, rappelle M. Rocheleau. Sa qualité de vie sera cependant améliorée. Elle pourra vivre à temps plein avec nous.»

Campagne de sociofinancement

La maladie a mis la vie de Coralie Rocheleau sur pause. Depuis quatre ans, elle ne peut plus se rendre à l’école pour ses cours et bénéficie d’une heure de cours par jour dans un centre de réadaptation sur la Rive-Sud. Elle devrait faire son entrée à l’école secondaire à l’automne prochain.

«C’est certain qu’après autant d’années à ne pas voir été en groupe en classe, ça pourrait être tout un pas pour elle», admet Mme Fortier-Drouin.  

Sa famille a mis sur pied une campagne de sociofinancement sur One Dollar Gift afin qu’elle ait assez d’argent «pour repartir sa vie».

«Nous avons eu l’idée de la campagne pour qu’elle puisse se sentir sereine en sachant que nous pourrons lui procurer de l’aide parascolaire si elle a des difficultés. On veut qu’elle profite aussi du peu de temps qui lui reste en tant qu’enfant», affirme Mme Fortier-Drouin.

La famille dit vivre présentement au jour le jour. Les dépenses ont été nombreuses pour elle durant les quatre dernières années. M. Rocheleau a perdu son emploi lors des débuts de la maladie de la jeune fille, étant donné qu’il devait s’absenter régulièrement pour les hospitalisations et les traitements. De plus, la petite devait notamment prendre des hormones de croissance à 2400$ par mois. Les frais de stationnement à l’Hôpital Sainte-Justine et l’essence ont aussi pesé lourd dans les finances de la famille.

«Nous avons vécu une période stressante dans les premières années. Aujourd’hui, nous devrons nous ajuster», explique Mme Fortier-Drouin.

«Nous savons que Coralie aura des visites sporadiques à l’hôpital pour des suivis, ajoute-t-elle. Les prochaines dépenses seront liées aux frais de stationnement, aux journées de travail que nous allons manquer, au régime alimentaire qui sera différent.»

Jusqu’à présent, la famille a reçu 135 dons pour un montant cumulatif de 5076$. Elle espérait atteindre les 5000$. La campagne sera encore en cours pendant un peu plus de 60 jours.

Statistiques sur le don d’organes

-856

Nombre de personnes en attente d’un don d’organe au Québec

-172

Nombre de donneurs d’organe au Québec

-141

Nombre de personnes en attente d’un don d’organe en Montérégie. De ce nombre, 98 attendent un rein.

-83

Nombre de personnes qui ont été transplantées en Montérégie.

(Source: Transplant Québec, pour l’année 2015)