Signaux sonores entendus ce matin dans la région


Publié le 12 avril 2017

Les signaux sonores sont utilisés par mesure préventive afin d’informer les autres navires.

©TC Média archives

Plusieurs personnes ont été tirées du lit par le bruit d’une sirène de navire le mercredi 12 avril. Cette mesure appelée «corne de brume» se veut un aspect de sécurité important.

Il est fréquent que le brouillard règne en maître sur le fleuve Saint-Laurent au printemps. Dans de telles conditions, la visibilité sur l’eau est anémique. Pour assurer la sécurité des équipes nautiques et pour éviter une tragédie, des signaux sonores sont alors utilisés afin de permettre d’expliquer clairement une manœuvre à un autre bateau. «Sans corne de brume, le transport maritime serait dangereux ce matin, explique Andrew Bogora, responsable des communications avec les médias à la Voie maritime du Saint-Laurent. C’est une technique de communication. Il peut en avoir pratiquement toutes les 30 secondes.» 

Les signaux sonores sont divisés en deux catégories. La première correspond aux signaux sonores de manœuvre et d’avertissement. Ils doivent être utilisés uniquement dans le cas de la propulsion mécanique (voiliers au moteur également). Il est impératif d’utiliser ces signaux hors temps de brume.
Ces signaux sonores peuvent être doublés de signaux lumineux blancs (éclat = 1 seconde, temps entre 2 éclats = 1 seconde). Les signaux lumineux doivent être synchronisés sur les signaux sonores. Les signaux lumineux doivent être visibles sur tout l’horizon jusqu’à cinq milles.

La deuxième catégorie correspond aux signaux sonores utilisés par visibilité réduite (brume intense, brouillard). Ils permettent aux autres bateaux d’identifier le type de navire et/ou son activité.