Sections

Hôpital Anna-Laberge :toujours la plus longue attente dans la province


Publié le 9 avril 2017

Ll’hôpital Anna-Laberge, à Châteauguay

©Photo TC Media-Archives

Il faut encore faire preuve de patience lorsqu’on se présente aux urgences de l’hôpital Anna-Laberge, à Châteauguay, car elles détiennent toujours une des pires moyennes de temps d’attente dans la province. Point positif cependant : les patients ont attendu moins longtemps en 2015 que l’année précédente. 

À lire aussi:

L’an dernier, les données du ministère de la Santé nous apprenaient qu’à l’hôpital Anna-Laberge, en 2014-2015, il fallait attendre en moyenne 5 h 38 avant de voir un médecin. La moyenne au Québec était de 2 h 25. L’administration de l’hôpital avait justifié ce piètre résultat par une prise de données qui ne se faisait pas en temps réel. 

Pour la période 2015-2016 (1e avril 2015 au 31 mars 2016), la moyenne pour l’hôpital de Châteauguay s’est améliorée en passant  à 4 h 12. C’est toujours le pire chrono dans la province, mais il est aussi partagé avec l’hôpital de Gatineau et suivi de près par celui de Saint-Jérôme. La moyenne provinciale est de 2 h 18 min.

Des nouveaux lits et plus de médecins

Pour la conseillère responsable des relations médias au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest (CISSMO), Jade Saint-Jean, plusieurs raisons peuvent expliquer cette amélioration des délais des prises en charge à l’urgence de Châteauguay. «Premièrement, l’ouverture de 12 nouveaux lits de courte durée à l’hôpital Anna-Laberge permet une meilleure fluidité à l’urgence, ce qui a un impact sur le délai de prise en charge», indique-t-elle.  

La prise en charge de patients par des médecins de famille dans la région aide aussi à désengorger l’urgence. «Entre 300 et 400 personnes par semaine sont prises en charge par le Réseau local de services Jardins-Roussillon», mentionne Mme Saint-Jean. 

L’avenir dira si le récent transfert des ambulances en provenance de Beauharnois vers l’hôpital Anna-Laberge aura un impact sur le temps d’attente à l’urgence. Mme Saint-Jean précise que les 400 ambulances par année réorientées représentent environ une ambulance par jour. «Néanmoins, selon les analyses préliminaires, la réorientation des ambulances n’a pas eu d’effets sur le délai de prise en charge», note-t-elle.

Temps de prise en charge aux urgences:

Le délai de prise en charge médicale correspond au temps entre le triage, soit le moment où l’infirmière donne une priorité, et la première rencontre avec un médecin.