Sections

Une fillette évite la noyade à un bambin de 2 ans


Publié le 31 juillet 2017

Anne-Sophie Richard a évité la noyade à un bambin de 2 ans dans la piscine familiale à La Prairie, le 22 juillet 2017.

©Gracieuseté

Une fête d’enfants aurait pu mal tourner, le 22 juillet, sans la vigilance d’une fillette de 6 ans qui a remonté à la surface un bambin de 2 ans qui venait de couler à pic dans une piscine privée à La Prairie.

«Nous étions six adultes autour et dans la piscine et nous n’avons rien vu. Ça s’est passé vite. En plus, on n’a rien entendu non plus. Il a fait zéro bruit», raconte Chantal Gagné, la maman d’Anne-Sophie Richard qui a ramené le petit à la surface.

C’est pour sensibiliser les parents aux risques de noyade que Mme Gagné a voulu raconter ce qui s’est passé chez elle ce jour-là. Ce qui est arrivé dans leur cour aurait pu survenir ailleurs, dit-elle.

L’histoire

Ce samedi après-midi, Mme Gagné avait accepté de tenir chez elle la fête d’une petite de 3 ans d’une amie dont la maison est en rénovation. Sorti de la piscine un peu plus tôt, un bambin de 2 ans a voulu y retourner.

Alors que les trois mamans discutaient dans la cour et que les papas se trouvaient dans la piscine, le petit a réussi à monter sur le dek pour retourner à l’eau. Seule Anne-Sophie, qui était déjà dans l’eau, l’a vu.

«Il a évidemment coulé à pic, explique la mère de la jeune héroïne. Ma fille l’a tout de suite ramené à la surface. Elle l’a apporté à son père qui était dans l’eau. Le petit n’a même pas eu le temps de prendre un bouillon ni de réaliser ce qui c’était passé. Il n’a même pas pleuré.»

Et ce, contrairement aux adultes qui étaient sous le choc de n’avoir eu connaissance de rien. Les parents du bambin culpabilisaient à l’idée que leur enfant ait échappé à leur surveillance.

«On n’était pas sur le party, c’était une fête d’enfants. Il n’y avait pas d’alcool ni même de musique», poursuit Mme Gagné pour spécifier qu’il y avait peu de distractions.

Sans la vigilance de sa fille, elle n’ose pas penser à ce qui aurait pu arriver.

«Je suis très fière du geste qu’elle a posé, dit Mme Gagné. Elle suit des cours de natation depuis l’âge d’un an et je lui ai toujours dit que c’est dangereux d’aller dans la piscine toute seule.»     

Cette histoire n'est pas sans rappeler un autre sauvetage : À 12 ans, il sauve son frère tombé dans les rapides