Sections

Face-à-face sur l’autoroute 30 à Châteauguay : le coroner pointe la mauvaise signalisation


Publié le 31 août 2017

Le ministère des Transports du Québec et A-30 Express ont modifié la signalisation dans le secteur du chemin Haute-Rivière et de l'autoroute 30 à Châteauguay, deux jours après la tragédie.

©Photo TC Media-Andrew Clark

> La signalisation «inadéquate» sur le chemin Haute-Rivière nord à Châteauguay est la cause d’un face-à-face qui a entraîné la mort de quatre personnes sur l’autoroute 30 Ouest en avril, confirme le coroner le Dr Jean Brochu.

Pierre Proulx, de Sainte-Catherine, s’est engagé à contresens sur l’autoroute par la sortie 35 Nord, le 11 avril, vers minuit. Le résident et ex-maire de Sainte-Catherine étant en compagnie de son épouse et de son petit-fils. Les trois occupants ont perdu la vie ainsi qu’une dame qui prenait place dans l’autre véhicule.

«Les enquêteurs ont souligné dans leur rapport que ce site était problématique depuis la mise en service de l’autoroute 30», indique les rapports du coroner dont Le Reflet a obtenu copie le 31 août.

La présence du panneau indiquant l’autoroute 30 Est «était placé vis-à-vis l’intersection de la sortie 35 Nord et du chemin Haute-Rivière», ce qui portait à confusion, puisqu’il fallait enjamber le viaduc pour accéder à la bretelle d’accès de l’autoroute 30 Est.

«Les enquêteurs et d’autres personnes – un ambulancier, entre autres – m’ont révélé qu’ils avaient été témoins d’autres situations similaires, où des conducteurs avaient engagé leur véhicule à contresens dans la sortie 35 Nord», note également le coroner.

Il ne formule aucune recommandation, mais précise que «dans les jours suivants, la signalisation routière de tout le secteur a été modifiée pour éviter que d’autres tragédies semblables se produisent».

Le ministère des Transports du Québec était effectivement intervenu deux jours après l’accident.

Témoin de la scène

Toujours selon les rapports du coroner concernant les quatre victimes, aucun des deux conducteurs n’a subi de malaise dans les secondes précédant la collision. La chaussée était belle et les véhicules, en parfait état.

Un camionneur témoin de l’accident a raconté aux policiers que les deux automobilistes auraient tenté d’éviter la collision au dernier moment. Or, ils se sont dirigés du même côté, causant une «collision frontale très violente».

M. Proulx, 80 ans, son épouse Raymonde Bouchard, 82 ans, et leur petit-fils Nicolas Proulx-Assuncao, 14 ans, revenaient de l’hôpital Anna-Laberge. Le grand-papa y avait été traité après s’être blessé à une main en coupant un arbre durant la journée.

L’autre véhicule contenait cinq personnes, dont Carole-Marie-Yolande Downer, 56 ans, de Hamilton, qui a perdu la vie. Les occupants retournaient vers leur domicile en Ontario après avoir passé quelques jours dans la région de Longueuil.