«Grosses coupes, puis réparation partielle : c’est la recette libérale»

-Alain Therrien, député de Sanguinet à propos du budget provincial


Publié le 3 avril 2017

Pour Alain Therrien, le budget libéral ne fait que réparer leurs propres «dégâts».

©TC Media - Archives

Le député de Sanguinet et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie, Alain Therrien critique vertement le budget déposé par les libéraux, le 28 mars.

«Après avoir coupé dans les services et augmenté le fardeau fiscal de 1500$ par famille, le gouvernement libéral promet aujourd’hui un remboursement partiel aux patients, aux aînés, aux élèves et aux familles», a soutenu le député.

Ce budget est clairement un aveu de culpabilité des libéraux, mais leurs excuses sont bien insuffisantes.

Alain Therrien, député de Sanguinet

En matière de santé, il dénonce le fait que le réinvestissement que les libéraux s’apprêtent à faire dépend d’une nouvelle entente à venir avec les médecins.

«Ils veulent ajouter 419 M$ à la rémunération des médecins. Or, ce réinvestissement dépend entièrement de l’obtention d’une nouvelle entente avec ces derniers, sans quoi 469 M$ devront être enlevés aux patients et ajoutés à leur rémunération. Toutes les promesses en santé reposent donc sur une entente purement hypothétique», a affirmé le représentant de Sanguinet.

Parmi les points qu’il dénonce, le principal intéressé a rappelé qu’en campagne électorale Philippe Couillard s’était engagé à maintenir un rythme de 3,5% d’augmentation des dépenses en éducation et de 4% en santé.

«S’il avait respecté sa promesse, il y aurait, en plus des remboursements annoncés, 1 G$ de plus alloué à l’éducation cette année, et 1,4 G$ à la santé. Les patients et les élèves vont encore souffrir de ce manque à gagner», a déclaré le péquiste.

 

Famille et hausse du fardeau fiscal

Alain Therrien affirme qu’après avoir enlevé 1500$ des poches de chaque famille québécoise, les libéraux promettent de leur remettre 500$ en abolissant la taxe santé et en réduisant les impôts de 55$ par personne. Il critique le «très faible» investissement pour les organismes communautaires qui se chiffre à  10 M$ cette année.

«Nous avions également proposé d’augmenter le crédit d’impôt pour solidarité, d’abord de 100$ immédiatement afin de pallier la hausse du coût du panier alimentaire. Le gouvernement a préféré baisser les impôts des riches», a affirmé ce dernier.

Enfin, le député péquiste soutient que les Québécois ont subi une augmentation du fardeau fiscal de 900 M$ par année.

«Incluant l’an dernier, ils paieront cumulativement 4,3 G$ de plus de leurs poches. Le budget le précise noir sur blanc: la baisse d’impôt ne sera de seulement 55$ par personne. L’augmentation représentera encore 1000$ par famille», a déploré ce dernier.