Sections

Les récoltes retardées


Publié le 4 août 2017

La pluie du printemps a retardé la récolte des fruits et légumes.

©TC Media - Archives

Les fruits et légumes ne sont pas aussi abondants à cette période de l’année que normalement. La pluie et le mauvais temps du printemps ont eu un impact sur les semences et les récoltes.

«C’est ma pire année», soutient Guy Bourbeau, de la ferme Romuald. «Ce n’est pas une bonne saison», affirme pour sa part Karine Leclerc, de Leclerc et filles.

Tous les deux ont un kiosque au marché des jardiniers, à La Prairie.

M. Bourbeau, qui possède une ferme de produits certifiés biologiques à Saint-Bernard-de-Lacolle, mentionne qu’il n’a pu circuler sur les champs avant la mi-juin.

«J’ai cinq à six semaines en retard. En plus d’avoir semé plus tard, il n’y avait pas beaucoup de soleil. Ça ne poussait pas vite», dit-il.

À titre d’exemple, l’agriculteur estime que son maïs sera prêt vers la fin août seulement, soit un mois plus tard qu’à l’habitude. Selon lui, ses pommes de terre seront mûres en septembre alors qu’habituellement il en a déjà.

Il précise que comme sa ferme est certifiée biologique, sa réalité peut différer des autres producteurs.

Mme Leclerc indique de son côté que la qualité des produits est là, mais qu’ils ne sont pas en grande quantité.

«On n’a pas l’abondance qu’on a normalement. Les prix sont plus élevés parce qu’on n’a pas assez de produits», dit-elle.

La productrice, qui achète aussi des produits d’autres producteurs, estime qu’il y a environ une à deux semaines de retard pour plusieurs fruits et légumes.

«Les tomates sont récoltées seulement deux fois par semaine plutôt qu’à tous les jours parce qu’elles ne sont pas mûres», affirme-t-elle.

Mme Leclerc mentionne que certains producteurs ont semé plus tard et espèrent qu'il fera beau longtemps pour récupérer les revenus perdus en début de saison.

M. Bourbeau espère la même chose. «Dans les dernières années, il faisait beau en septembre. Je pense que ce mois pourra être intéressant pour les ventes.»

Pas dérangé

De son côté, Daniel Perras, de la serre Dauphinais Perras, ne trouve pas de grande différence avec les autres années.

«On a un retard de quelques jours. Ce n’est pas si pire que ça. C’est aussi bon que l’an passé», dit celui qui a aussi un kiosque à La Prairie.

Selon lui, la récolte sur sa terre de Sherrington s’annonce bien.

Normand Landry, de Maïs Landry mentionne que la pluie du printemps a fait diminuer les résultats. Par contre, ce n’est pas catastrophique.

«On a perdu entre une semaine à dix jours. Ce n’est pas si pire», dit-il.

Clients au rendez-vous

Les producteurs ont mentionné que la clientèle était présente.

«La demande est là, même plus forte que l’an passé. Il y a beaucoup d’achalandage», affirme Mme Leclerc.

M. Perras soutient qu’il a manqué de plants de tomates. Il a rapidement tout vendu ce qu’il avait.