Les ados sensibilisés à la violence amoureuse avec un outil interactif

Les ados sensibilisés à la violence amoureuse avec un outil interactif

Le participant doit répondre à des questions à différents moments au cours du visionnement des capsules vidéo sur tablette électronique.

Crédit photo : Le Soleil de Châteauguay - Patricia Blackburn

Par Patricia Blackburn

Dès janvier 2018, les ados de 4e secondaire qui fréquentent une école du territoire de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries seront conscientisés à l’enjeu de la violence physique, psychologique et sexuelle dans les relations amoureuses. Ceci avec un outil interactif développé par un regroupement de policiers et d’intervenants sociaux de la région, en collaboration avec la commission scolaire et le ministère de la Justice.

L’activité se nomme «Projet XOX». Il s’agit de capsules vidéo interactives que les jeunes voient sur une tablette électronique. À travers le visionnement, les participants sont invités à répondre à des questions. Ceux qui ont développé le projet souhaitaient ainsi sortir du cadre purement magistral en impliquant plus activement les jeunes dans la réflexion.

L’activité est suivie d’une discussion en classe. Des ressources d’aide tant pour les victimes que pour les agresseurs potentiels sont suggérées.

Le directeur du Service de police de Châteauguay, Stéphane Fleury, a salué «le bon timing du lancement» en faisant référence à la vague de dénonciations liées au mouvement #MoiAussi (et #MeToo).

Mieux guider

Selon les intervenants qui ont travaillé au projet, les adolescents avaient besoin d’être mieux guidés «dans un moment de leur vie où se construisent les relations hommes femmes», et dans un univers «où les médias sociaux sont omniprésents».

«Et je suis à même de constater que toute la violence trouve racines dès l’adolescence», a témoigné Kimberly Plante, directrice de la maison L’Égide, une ressource d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale.

Contribution provinciale

Le Projet XOX a bénéficié d’une aide de près de 50 000$ du ministère de la Justice dans le cadre du Programme de subvention pour favoriser la recherche, l’information, la sensibilisation et la formation en matière d’aide aux victimes d’actes criminels. La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, était d’ailleurs présente au lancement à Châtrauguay, le 30 octobre. Le député provincial de La Prairie, Richard Merlini, a également contribué financièrement au projet, qui a vu le jour grâce à une collaboration entre la Régie intermunicipale de la police de Roussillon, le Service de police de Châteauguay, la Maison d’hébergement l’Égide (2e étape) et le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) de la Montérégie.

Il est possible d’obtenir plus d’information sur le site internet (www.projetxox.ca).

«Il s’agit, selon moi, de l’un des premiers projets de sensibilisation qui s’adresse tant aux victimes qu’aux agresseurs.»

-Stéphane Fleury, directeur du Service de police de Châteauguay

La violence amoureuse peut mener à une arrestation, comme on le voit dans une capsule vidéo.