Sections

Saint-Mathieu accueillera France D'Amour au mois d’août


Publié le 21 juillet 2017

France D’Amour chantera ses succès sur disque, mais aussi des chansons qu’elle interprète uniquement lors de ses spectacles.

©TC Média - Archives

L’auteure-compositrice et interprète France D’Amour sera en spectacle à l’occasion des festivités entourant le 100e anniversaire de la Municipalité de Saint-Mathieu. Celle qui se produira le 26 août, à 20h, à l’église de la municipalité répond aux questions du Reflet.

Qu’allez-vous présenter à Saint-Mathieu ?

Dans la vie, des fois, la seule chose qui peut vraiment nous faire du bien, c’est la musique.

France D’Amour

«Je vais jouer les chansons connues. Il y aura aussi des chansons surprises, comiques, que je fais uniquement dans mes spectacles. Elles ne se retrouvent pas sur mes albums. J’ai une chanson sur ma vie sexuelle qui est complètement inactive. C’est très drôle! J’en ai une autre sur le fait de vieillir. Les gens partent à rire et je suis parfois quasiment obligée d’arrêter la chanson. Ça fait du bien, ça dilate la rate. J’aime bien faire des affaires spéciales. Quand je vais arriver à Saint-Mathieu, je vais poser des questions, voir qui sont les personnes marquantes afin de façonner mon spectacle.

 

Qui vous accompagne sur scène ?

Je vais être accompagnée de musiciens fabuleux dont Jason Lang et Patrick Lavergne. Tout le monde veut jouer avec ces musiciens-là. Ils font des tournées partout dans le monde avec plein d’artistes. Les gens tombent en amour avec mes musiciens quand ils les voient. Ils veulent leurs autographes après le spectacle, ça te donne une idée.»

 

Est-ce toujours un plaisir renouvelé quand vous êtes sur scène ?

«J’ai toujours cette passion de chanter. Ce qui est agréable, c’est qu’avec le temps et l’expérience, on sait mieux comment communiquer, divertir. On sait encore plus ce que les gens veulent. Après 30 ans de métier, je sais comment faire pour que les gens passent une superbe belle veillée. Ça ne m’arrive pas de me planter, comme on dit. Il y a toujours une petite étoile dans mon cahier, pas parce que j’ai du talent, mais parce que j’ai appris comment faire avec les années.»

 

Quels sont vos projets ?

«Je suis à la fin ma tournée Bubble Bath & Champagne, Vol. 2. J’en profite, car j’ai beaucoup aimé faire ce show-là. On savoure chaque spectacle, car on termine à l’automne la tournée. J’ai eu aussi un appel de Petula Clark [chanteuse de plusieurs succès dans les années 1960-1970, dont Downtown] qui m’a demandé de lui écrire une chanson. Elle a demandé la même chose à Robert Charlebois, Luc De Larochellière, Ariane Moffatt et Louis-Jean Cormier. Je connaissais l’artiste que de nom, car elle est de la génération de nos parents. Charlebois m’a dit à propos d’elle: "Tu vas voir France, elle est mignonne comme tout, elle a 80 ans [84 ans]». J’étais étonnée et à la fois charmée par cette femme qui a toujours envie de chanter, d’avoir ce désir d’être sur la scène et qui a cette énergie.»

 

Est-ce qu’il y a un album en préparation ?

«Le projet d’un prochain album est en train de mijoter dans ma tête. Je commence à avoir une idée de qu’est-ce que je veux faire et comment le faire. Je peux dire que ça va être un album plus social, engagé et moins personnel. Concernant ce qui m'est personnel, j’ai déjà 11 disques. J’ai fait le tour. Si les gens veulent me connaître, ils ont accès à ces albums.»

 

Trois chansons au Panthéon

En entrevue, France D’Amour a indiqué que trois de ses chansons, Mon frère, Ailleurs et Animal figureront dans le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) de la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN), le 16 octobre. «C’est très rare que les filles aient leurs chansons intronisées. C’est toujours celles de Luc Plamondon [rires] qui le sont! Je suis très émue et fière. Ces chansons-là seront jouées à Saint-Mathieu», a souligné l’artiste.