Une dispute entre deux membres de l’âge d’or dégénère

Une dispute entre deux membres de l’âge d’or dégénère

Crédit photo : Le Reflet - Archives

Un texte de Michel Thibault

Une soirée d’activités du club FADOQ Saint-Joachim à Châteauguay a été perturbée par une altercation sérieuse entre deux participants le 1er novembre. La police a dû intervenir et les deux belligérants ont été conduits à l’hôpital en ambulance.

Selon une source, la querelle a commencé lorsqu’un homme a reproché à un autre de ne pas jouer à son tour lors d’une partie de fléchettes ou de cartes. «L’autre l’a frappé. Le monsieur est tombé sur le dos et il saignait. La police et l’ambulance sont venues», a-t-il relaté.

Présidente du club, Francine Aubin-Cyr a laissé entendre que l’origine de la dispute n’était pas claire. «Les interprétations sont différentes. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé. Il y avait de la compétition. Les gens veulent gagner; il y a eu un échange de gros mots. Un a mis sa main au visage de l’autre et il est tombé. Il s’est blessé en tombant, il saignait beaucoup», a-t-elle exposé au journal qui l’a contactée.

Pas de plainte

La police de Châteauguay a confirmé être intervenue au club de l’âge d’or vers 20h30 le mercredi 1er novembre. «Il y aurait eu altercation verbale qui a dégénéré en violence physique», a indiqué le sergent Jean-Philippe Hurteau. Deux personnes ont été transportées à l’hôpital Anna-Laberge pour y être traitées pour des blessures, qui «ne mettaient pas leur vie en danger», a-t-il précisé.

Le porte-parole a mentionné que la victime principale ne souhaitait pas porter plainte. Elle pourra toutefois le faire si elle change d’avis. «Un rapport complet a été rédigé par les policiers qui ont couvert l’appel et la victime peut à tout moment les contacter pour activer le dépôt d’accusations», a-t-il informé.

Rarissime

C’est inhabituel que des membres du club se disputent de la sorte, assure Mme Aubin-Cyr. «Ça n’arrive jamais. Le mot d’ordre, c’est le plaisir», dit-elle. Elle a laissé entendre que le message serait passé que la violence n’est pas tolérée au club. «Il va y avoir des suites. On travaille beaucoup pour avoir une compétition saine», a souligné la présidente.

C’était la première fois en 25 ans qu’une bagarre nécessitant une intervention de la police dans un club de l’âge d’or était rapportée au Soleil de Châteauguay.