Emma Doyon, une étoile montante du volleyball

Emma Doyon, une étoile montante du volleyball

Après avoir remporté les championnats provinciaux scolaires et civils avec son équipe de volleyball du Collège Durocher

Emma Doyon n’avait jamais mis les pieds sur un terrain de volleyball avant il y a deux ans. Grâce au flair de Jonathan Hart, la joueuse de l’Impact du Collège Durocher elle a été sélectionnée pour faire partie de l’équipe Espoir du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) qui regroupe les meilleurs athlètes de la Rive-Sud.

«À ma première journée d’école, mon prof de gym m’a approchée pour savoir si je voulais joindre l’équipe de volleyball, raconte la Laprairienne de 5 pieds, 11 pouces. Je n’avais jamais joué, alors je ne savais pas trop quoi répondre et il m’a proposé d’essayer.»

En plus de ses essais sur le terrain, l’entraîneur Jonathan Hart lui a offert de suivre l’équipe à un match des Carabins de l’Université de Montréal pour qu’elle voie le déroulement d’une partie.

Si elle a trouvé difficile de ne pas être au même niveau que les autres au début, l’adolescente de 14 ans a rapidement pris ses aises sur le terrain.

«Emma progresse très rapidement, confirme M. Hart. Elle a une force physique et de super belles qualités athlétiques qui font qu’elle n’a pas eu de difficultés à s’adapter au rythme de l’équipe. Elle joue avec nous depuis une saison et demie et elle est de niveau.»

Saison parfaite

L’équipe de Saint-Lambert n’a perdu aucun match cette saison. Les joueuses ont remporté les championnats provinciaux 14 ans et moins sur le circuit scolaire du RSEQ et sur le circuit civil de Volleyball Québec. L’équipe espère continuer sur cette lancée au championnat canadien qui sera disputé à Calgary du 14 au 17 mai.

«C’est la première fois que je participe aux nationaux, alors je suis stressée, mais je suis certaine que tout va bien se passer, confie Emma Doyon. On a une bonne équipe et on n’a pas encore perdu, alors ce serait plate de briser ça.»

De son côté, M. Hart estime que les succès des siennes sont dus à la maturité et à la profondeur.

«Ça fait 10 ans que je coache et j’ai rarement vu des filles aussi matures pour leur âge. Elles sont disciplinées et ont chacune des forces qui donnent beaucoup de profondeur à l’équipe.»  

En juillet, Emma prendra part à un camp de trois semaines avec l’équipe Espoir.