Il utilise le cancer pour leurrer de jeunes filles


Publié le 15 mai 2017

Un homme a demandé à une fillette de 12 ans de lui envoyer des photos explicites.

©Photo TC Media : Archives

Un résident de La Prairie a convaincu quatre adolescentes et une jeune femme de lui envoyer des photos de leurs seins en leur faisant croire qu'il travaillait pour un organisme de lutte contre le cancer.

Selon les faits relatés par la procureure de la Couronne, Me Nathalie Legault, Sébastien Brosseau aurait commis ses gestes entre novembre 2013 et juin 2014. Il racontait à ses victimes qu'un de leur proche était atteint du cancer. Il leur promettait ensuite de l'argent en échange de photos de leurs seins.

Brosseau, 25 ans, leur disait que ces photos seraient utilisées dans des campagnes de financement pour la recherche sur le cancer du sein. Il leur a aussi envoyé des photos sexuellement explicites d'autres jeunes afin de les encourager à participer à sa fausse campagne.

Brosseau s'est fait arrêter une première fois en juin 2014, après avoir piégé quatre adolescentes dont la plus jeune avait 14 ans. Il a aussi eu des échanges avec une fille qu'il croyait être âgée de 13 ans, mais qui était en fait un agent d'infiltration de la police.

Deux des victimes auraient eu des échanges plus élaborés et sexuellement explicites avec l'accusé.

Brosseau a été remis en liberté moyennant certaines conditions, dont celles de ne pas posséder d'ordinateur ou d'utiliser internet. Or, il a recommencé le même modus operandi auprès d'une femme de 20 ans. Celle-ci a porté plainte à la police pour fraude puisqu'elle n'a pas reçu l'argent promis.

Lorsque les policiers ont lié cette plainte à Sébastien Brosseau, il l'ont arrêté une seconde fois pour bris de conditions.

Brosseau n'a pas d'antécédents criminels. Les parties ont tout de même suggéré conjointement une peine de quatre ans de prison, suggestion qui a été entérinée aujourd'hui par la juge Ann-Mary Beauchemin.

La juge a notamment souligné que le risque de récidive de Brosseau était «très élevé». Le rapport sexologique de l'accusé note également un désir de vengeance, lui qui aurait été abusé sexuellement par une femme.

Étant donné la détention provisoire, Brosseau devra purger un peu plus de 3 ans de prison à compter d'aujourd'hui. Il sera ensuite soumis à des conditions strictes, notamment de ne pas communiquer avec des jeunes de moins de 16 ans ou d'utiliser internet. Il sera également inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.