Sections

La Cour déboute les villes contre le transfert de terres à Kahnawake


Publié le 3 août 2017

L'autoroute 30

©TC Media Archives

(English Follows) La Cour supérieure a débouté les villes de la région qui contestaient devant elle le transfert de terre voisine de l’autoroute 30 à la réserve de Kahnawake.

La cession avait été promise en 2008 par le gouvernement du Québec aux autochtones en échange d’un feu vert pour construire l’échangeur 30/530 dans le territoire de l’ancienne seigneurie du Sault-Saint-Louis, revendiquée par les Mohawks.

Québec a adopté en 2013 un décret rendant quelque 2 000 000 m2 de terrain lui appartenant disponibles afin que le fédéral les ajoute à la réserve de Kahnawake.

La MRC de Roussillon et les villes de Châteauguay, Saint-Constant, Saint-Isidore et Sainte-Catherine, qui en font partie, ont réagi en contestant le décret devant le tribunal.

Elles ont plaidé que Québec ne les avait pas consultées adéquatement, qu’il s’agissait d’un «exercice abusif et de mauvaise foi du pouvoir».

Dans un jugement rendu le 2 août, la Cour supérieure leur donne tort, a rapporté jeudi Radio-Canada.

Le gouvernement a retenu une mesure qu’il estime «justifiée pour le bien-être collectif», observe le tribunal. Et Québec ne peut être taxé de mauvaise foi du simple fait que sa décision ne «répond pas aux attentes et questionnement de tous», fait-il part, toujours selon Radio-Canada.

La Cour supérieure indique que le gouvernement n’avait pas l’obligation de consulter les municipalités selon la loi.

La poursuite des villes a stoppé le processus de transfert des terres.

Kahnawake réagit

La décision de la Cour supérieure lui apparaît comme «une victoire pour Kahnawake sur toute la ligne», indique le Conseil mohawk de Kahnawake, dans un communiqué. Le grand chef Joseph Tokwiro Norton nuance cependant : «Bien que nous soyons très heureux de cette nouvelle, nous devons analyser la décision et planifier les prochaines étapes».

 

À lire aussi :

Négociations à venir, selon la mairesse Simon

Court rejects cities opposing transfer of land to Kahnawake

Translation Dan Rosenburg

Superior Court has rejected the cities of the region who contested in front of it the transfer of land alongside Autoroute 30 to Kahnawake.

The transfer had been promised in 2008 by the provincial government to the aboriginals in exchange for a green light to construct the 30/530 exchange on the territory of the former Sault Saint-Louis seigniory being claimed by the Mohawks.

In 2013 Quebec adopted a decree rendering available some two million square metres of land belonging to it so that the federal government could add it to the Kahnawake reserve.

The Roussillon MRC and the cities of Chateauguay, St. Constant, St. Isidore and Ste. Catherine, who are part of that MRC, reacted by contesting the decree in court. They pleaded that Quebec had not adequately consulted them, that it had acted in an « abusive practice and bad faith of power. »

In a judgment rendered on August 2, Superior Court said they were wrong, as reported last Thursday by <@Ri>Radio-Canada<@$p>.

The government retained a measure that it believed was « justified for the collective well-being, » the court observed. And Quebec could not be charged with bad faith for the simple fact that its decision « does not respond to the expectations and questioning of everyone, » still according to Radio-Canada.

The Superior Court indicates that the government does not have the obligation to consult the municipalities, according to the law.

The lawsuit of the cities stopped the process of transferring the land in question.

Kahnawake reacts

«The Court provided a decision that appears to be quite favourable to Kahnawà:ke on all fronts», reacted the Mohawk Council of Kahnawake in a communique. Grand Chief Joseph Tokwiro Norton hints, however: «While we are no doubt very pleased with this news, we have to actually analyze the decision and plan our next steps».