Garder ses capacités cognitives en vieillissant

Garder ses capacités cognitives en vieillissant

Manon Parisien a débuté sa conférence en lançant un défi à l’assistance: faire un nœud

Manon Parisien est ergothérapeute au Centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Elle était de passage au Complexe Roméo-V.-Patenaude à Candiac à l’occasion du Salon des aînés, le 7 mai. Elle a abordé le thème de la vitalité intellectuelle chez les personnes âgées.

1) En vieillissement, est-ce normal que nos capacités cognitives soient moins performantes ?

Oui, plusieurs études ont montré que certaines facultés cognitives diminuent progressivement en vieillissant. C’est le cas de l’attention, de la vitesse à laquelle on traite les informations et de notre capacité à récupérer les informations enregistrées dans notre mémoire. Par contre, le vieillissement cognitif est une réalité très différente d’une personne à l’autre.

2) Comment cela se manifeste-t-il dans notre vie quotidienne ?

Avec les années, il est possible qu’on se laisse distraire plus facilement, qu’on ait besoin de plus de temps pour réaliser des tâches cognitives (ex.: gérer ses papiers importants) ou qu’on soit plus souvent victime du fameux mot sur le bout de la langue.

3) Comment peut-on composer avec ces changements ?

On doit centrer son esprit sur une chose à la fois et faire des efforts pour mémoriser. Par exemple, lorsque le pharmacien nous donne des conseils, on le regarde et on réduit les sources de distraction (ex.: éviter de chercher son porte-monnaie). Répéter les informations à voix haute peut aider à mémoriser.

4) Est-ce qu’il y a des conseils, des habitudes pour maintenir notre mémoire en santé ?

Les experts ont identifié plusieurs actions concrètes qui peuvent nous aider à maintenir notre vitalité cognitive: choisir des aliments contenant des antioxydants et des acides oméga-3, faire de l’activité physique à une intensité qui amène un léger essoufflement; bien contrôler sa tension artérielle et son sucre sanguin de même que s’engager dans des activités stimulantes sur le plan social et intellectuel.

5) Si une personne s’inquiète à propos de sa mémoire, que lui conseillez-vous ?

Il existe une foule d’éléments qui peuvent affecter notre mémoire (ex.: la dépression, des problèmes de santé, certains médicaments). Il est très important de parler de nos préoccupations à notre médecin afin qu’il puisse identifier la source de nos difficultés. Au besoin, il fera appel à d’autres professionnels tels qu’un gériatre, un neuropsychologue ou un ergothérapeute.