Grève des CPE: Manifestation des éducatrices devant le bureau du député

Grève des CPE: Manifestation des éducatrices devant le bureau du député

Les éducatrices de la Montérégie souhaitent se faire entendre des élus.

Crédit photo : Gracieuseté - Erick Rivest

Près de 1200 éducatrices affiliées à la CSN se sont réunies en face du bureau du député de La Prairie, Richard Merlini, situé sur le boulevard Taschereau, le lundi 30 octobre, vers 10h30.

«Nous souhaitons nous faire voir et entendre pour que les négociations reprennent», clame France Laniel, présidente du syndicat CSN des CPE de la Montérégie.

Rappelons que le comité national des CPE a quitté la table de négociation jeudi parce qu’il jugeait que les demandes de Québec concernant les régimes de retraite étaient «irréalistes».

«Si les choses ne débloquent pas aujourd’hui et que les pourparlers ne reprennent pas, nous avons voté pour cinq autres journées de grève, indique Mme Laniel. Mais les dates n’ont pas encore été déterminées.»

La représentante syndicale affirme que les membres de la CSN ne font pas la grève de gaieté de cœur.

«On sait d’expérience que c’est la seule façon d’obtenir des gains, alors c’est le moyen de pression qu’on a choisi, explique-t-elle. Or, le débrayage prive les éducatrices de revenus, alors elles le font vraiment dans l’espoir d’obtenir de meilleures conditions de travail.»

Contrat de travail échu

Sans convention collective depuis deux ans et demi, les 11 000 travailleuses syndiquées réparties dans plus de 400 CPE du Québec déplorent la détérioration de leurs conditions de travail due aux politiques d’austérité du gouvernement.

Les trois CPE Kateri situés à Candiac et à Saint-Constant, le CPE Les petites souris à Saint-Constant et le CPE La boîte à bizous à Sainte-Catherine qui sont fermés aujourd’hui reprendront du service demain.