La barbe sur ses derniers milles?

La barbe sur ses derniers milles?

Benoît Sorel confie ses cheveux et sa barbe aux bons soins de Marie-Claude Quenneville.

Avec l’avènement des Movember, No shave november et autres campagnes se servant de la pilosité masculine pour promouvoir une cause, la barbe est revenue en force ces dernières années. Or, cette mode est en train de s’essouffler, affirment les spécialistes.

«Dans nos colloques, ceux qui étudient les tendances nous disent que la barbe est sur ses derniers milles», rapporte Julie Mayville, coiffeuse chez Les barbiers Roussillon à Saint-Constant.

«En fait, il s’agit que David Beckham ou un autre artiste se la rase pour qu’il n’y en ait plus», renchérit sa collègue Amélie Morneau.

Or, malgré ce que prédisent les observateurs de tendances, le look «du gars qui revient de la chasse, mais propre», inspiré du bûcheron rétro, est encore très populaire, disent-elles.

L’arrivée de l’appellation «lumbersexual» (lumber qui veut dire bois de charpente) a également remis la chemise à carreaux, les bottes tout-terrain et la barbe fournie au goût du jour. 

Apprentissages

Comme le métier de barbier n’est plus enseigné dans les cours de coiffure de base, ceux qui le pratiquent sont souvent de vieux routiers. Sinon, ils ont appris «sur le tas».

«Ils ont enlevé ça du programme à cause de la lame et des maladies pouvant être reliées au sang, explique Mme Morneau. Il y a une grosse demande pour le rasage à la pioche, mais nous ne le faisons pas.»

«Il y a une dizaine d’années, les outils étaient difficiles à trouver à cause de la faible demande et on les voit revenir tranquillement, alors peut-être qu’un jour on y reviendra», ajoute-t-elle.

En attendant, les filles chez Les barbiers Roussillon se servent de leurs connaissances sur la physionomie du visage pour tailler la barbe des messieurs de façon harmonieuse. Selon leurs dires, les hommes les consultent surtout pour l’entretien. Avec toutes les huiles et autres produits disponibles, les barbes n’ont plus droit à l’indiscipline!

Liberté

Benoît Sorel porte fièrement la barbe depuis près de deux ans. Le Constantin pour qui le poil était à proscrire durant ses 12 années dans l’armée leur a laissé le champ libre quand il est sorti des Forces canadiennes.

«Dans l’armée, tu es obligé d’être clean cut tout le temps, dit-il. Alors quand je suis revenu à la maison, j’ai laissé pousser mes cheveux et ma barbe. Les cheveux longs ne m’allaient pas très bien, mais j’ai conservé la barbe.»

La barbe comme accessoire mode

Après les miniboules de Noël, Internet a vu surgir la glitter beard ou barbe scintillante. Initiée par Johnathan Dahl et Brian DeLaurenti (les deux hommes derrière le site The Gay Beards), la barbe des Fêtes fait désormais fureur sur Instagram. D’ailleurs, le mot-clic #glitterbeard avait été recensé plus de 4000 fois par le USA Today la semaine dernière. Ceux qui voudraient arborer la barbe à paillettes à leur party de bureau peuvent faire comme les 265 000 personnes qui ont déjà consulté le tutoriel vidéo des créateurs de ce style sur YouTube.