Anticosti: Couillard déterminé à contrer le programme d’exploration

Publié le 6 février 2016

Philippe Couillard.

©La Presse Canadienne

QUÉBEC. Le premier ministre Philippe Couillard a enfoncé un nouveau clou dans le projet d'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, vendredi, malgré des informations indiquant que les libéraux étaient au pouvoir quand l'implication du gouvernement du Québec était discutée.

M. Couillard a déclaré qu'il fera tout pour empêcher la prochaine étape prévue au programme sur cette île du golfe Saint-Laurent.

Après avoir affirmé en décembre dernier son opposition au développement des hydrocarbures à Anticosti, M. Couillard a affiché sa détermination à contrer l'exploration en cours, auquel le gouvernement est associé.

Dans une conférence de presse clôturant un caucus de deux jours avec ses députés, en prévision de la rentrée parlementaire mardi prochain, M. Couillard a montré très peu d'ouverture à l'émission d'autorisations réglementaires pour la prochaine étape du projet.

«La porte n'est même pas un peu entrebâillée, elle est minime, a-t-il dit. Puis je voudrais, moi, tout faire pour éviter de soumettre un milieu insulaire comme Anticosti à la fracturation hydraulique.»

La coentreprise dont Québec est partenaire, Hydrocarbures Anticosti, prévoit de sonder cette année le gisement de pétrole de schiste grâce à trois forages avec fracturation hydraulique, une méthode controversée qui nécessite l'injection de produits chimiques dans le sous-sol.

M. Couillard a affirmé que des données sont attendues pour évaluer si Québec doit émettre les certificats d'autorisation au projet. «Le coefficient de difficulté pour passer à cette étape est extrêmement élevé et dépendra en grande partie du résultat des études hydrologiques qui vont être bientôt données au gouvernement et qui seront publiées», a-t-il dit.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a également esquissé des perspectives limitées pour la production sur l'île, en raison des engagements du Québec à réduire les gaz à effets de serre.

Le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, dont l'entreprise est partenaire du projet, a affirmé que l'échéancier prévu est toujours en vigueur.

Alors que les libéraux se sont dissociés vendredi des pourparlers qui ont mené à la création par les péquistes d'Hydrocarbures Anticosti, M. Gagnon a maintenu que les discussions ont commencé quand les libéraux étaient au pouvoir.

«Contrairement aux propos de M. Arcand d'aujourd'hui, les informations à l'effet que les négociations ont débuté sous un gouvernement libéral sont rigoureusement exactes», a-t-il indiqué.

Plus tôt, M. Arcand avait déchargé les libéraux de toute responsabilité dans l'exploration pétrolière sur Anticosti. M. Arcand a attribué à Investissement Québec, alors sous la responsabilité de son collègue Jacques Daoust, l'initiative des discussions, en 2012, qui ont mené à un engagement financier conclu par le gouvernement péquiste en 2014.

En décembre dernier, alors que M. Couillard s'était dissocié pour la première fois du projet, Pétrolia avait diffusé un communiqué évoquant une initiative libérale en 2012.

Vendredi, dans un point de presse, M. Arcand a déclaré que les libéraux n'étaient pas politiquement responsables de cette décision d'amorcer les discussions.

La Presse Canadienne

En manchette

Une rentrée fleurie pour l’école St. Lawrence à Candiac

L’entreprise Brin d’herbe à La Prairie contribue à embellir la rentrée scolaire des élèves de l’école primaire St. Lawrence à Candiac. Les employés ont bénévolement procédé à l’aménagement paysager des entrées principales des deux pavillons de l’institution, Champlain et St. Raymond.

Anticosti: Couillard déterminé à contrer le programme d’exploration

Publié le 6 février 2016

Philippe Couillard.

©La Presse Canadienne


QUÉBEC. Le premier ministre Philippe Couillard a enfoncé un nouveau clou dans le projet d'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, vendredi, malgré des informations indiquant que les libéraux étaient au pouvoir quand l'implication du gouvernement du Québec était discutée.

M. Couillard a déclaré qu'il fera tout pour empêcher la prochaine étape prévue au programme sur cette île du golfe Saint-Laurent.

Après avoir affirmé en décembre dernier son opposition au développement des hydrocarbures à Anticosti, M. Couillard a affiché sa détermination à contrer l'exploration en cours, auquel le gouvernement est associé.

Dans une conférence de presse clôturant un caucus de deux jours avec ses députés, en prévision de la rentrée parlementaire mardi prochain, M. Couillard a montré très peu d'ouverture à l'émission d'autorisations réglementaires pour la prochaine étape du projet.

«La porte n'est même pas un peu entrebâillée, elle est minime, a-t-il dit. Puis je voudrais, moi, tout faire pour éviter de soumettre un milieu insulaire comme Anticosti à la fracturation hydraulique.»

La coentreprise dont Québec est partenaire, Hydrocarbures Anticosti, prévoit de sonder cette année le gisement de pétrole de schiste grâce à trois forages avec fracturation hydraulique, une méthode controversée qui nécessite l'injection de produits chimiques dans le sous-sol.

M. Couillard a affirmé que des données sont attendues pour évaluer si Québec doit émettre les certificats d'autorisation au projet. «Le coefficient de difficulté pour passer à cette étape est extrêmement élevé et dépendra en grande partie du résultat des études hydrologiques qui vont être bientôt données au gouvernement et qui seront publiées», a-t-il dit.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a également esquissé des perspectives limitées pour la production sur l'île, en raison des engagements du Québec à réduire les gaz à effets de serre.

Le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, dont l'entreprise est partenaire du projet, a affirmé que l'échéancier prévu est toujours en vigueur.

Alors que les libéraux se sont dissociés vendredi des pourparlers qui ont mené à la création par les péquistes d'Hydrocarbures Anticosti, M. Gagnon a maintenu que les discussions ont commencé quand les libéraux étaient au pouvoir.

«Contrairement aux propos de M. Arcand d'aujourd'hui, les informations à l'effet que les négociations ont débuté sous un gouvernement libéral sont rigoureusement exactes», a-t-il indiqué.

Plus tôt, M. Arcand avait déchargé les libéraux de toute responsabilité dans l'exploration pétrolière sur Anticosti. M. Arcand a attribué à Investissement Québec, alors sous la responsabilité de son collègue Jacques Daoust, l'initiative des discussions, en 2012, qui ont mené à un engagement financier conclu par le gouvernement péquiste en 2014.

En décembre dernier, alors que M. Couillard s'était dissocié pour la première fois du projet, Pétrolia avait diffusé un communiqué évoquant une initiative libérale en 2012.

Vendredi, dans un point de presse, M. Arcand a déclaré que les libéraux n'étaient pas politiquement responsables de cette décision d'amorcer les discussions.

La Presse Canadienne