Parler du suicide sauve des vies

Parler du suicide sauve des vies

Campagne de prévention du suicide 2018

Crédit photo : Gracieuseté

Pour la 28e édition de la Semaine nationale de prévention du suicide (SPS), qui se déroule du 4 au 10 février, l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) lance la campagne «Parler du suicide sauve des vies» afin de sensibiliser la population québécoise à la nécessité d’ouvrir le dialogue sur le sujet, sur le plan tant individuel que collectif.

Le thème met l’accent sur un élément fondamental de la prévention, la parole, pour toute personne qui:

-Souhaite exprimer sa détresse et trouver un soutien nécessaire,

-Veut soutenir un proche qui ne va pas bien,

-Désire sensibiliser sa communauté.

Il existe des mots pour parler du suicide de manière préventive et sécuritaire. Il existe aussi des façons de développer une écoute attentive. Cette prise de parole permet notamment de renforcer le filet humain autour des personnes vulnérables.

Le nouveau site commentparlerdusuicide.com outille les Québécois qui veulent parler du sujet.

«Lorsqu’on est en détresse, parler de ses idées suicidaires à un proche ou à un intervenant est un pas important pour diminuer sa souffrance, affirme Jérôme Gaudreault, directeur général de l’AQPS. C’est aussi vrai quand on s’inquiète pour quelqu’un: prendre le temps de l’écouter, lui rappeler qu’on est là pour lui et lui poser la question «Penses-tu au suicide?» peut véritablement aider.»

«Mon frère s’est enlevé la vie il y a 22 ans. J’aurais aimé qu’il me dise qu’il souffrait, qu’il avait mal en dedans, qu’il ne reste pas seul avec son mal-être», témoigne Dave Morissette dans la vidéo de  sensibilisation qu’il a tournée à titre de coambassadeur de la SPS.

«Ensemble, nous aurions pu trouver des solutions, passer au travers. Nous aurions dû pouvoir en parler.»

-Dave Morissette

Statistiques : un plateau atteint

L’AQPS a profité de l’occasion pour dévoiler les plus récentes statistiques sur la mortalité par suicide au Québec. Selon les données provisoires diffusées par l’Institut national de santé publique, le Québec a enregistré 1 128 suicides en 2015. La légère baisse des taux de suicide amorcée au début du siècle s’est atténuée au cours des dernières années, suggérant qu’un plateau a été atteint.

«Avec trois suicides par jour, il est nécessaire d’intensifier nos efforts collectifs pour prévenir ces décès évitables», rappelle l’AQPS.

L’organisme invite à valoriser les demandes d’aide, notamment chez les hommes de 45 à 64 ans. Ces derniers font moins appel aux ressources d’aide traditionnelles et présentent les taux de suicide les plus élevés.

Besoin d’aide pour vous ou un proche ?

Ligne québécoise de prévention du suicide : 1-866-APPELLE (277-3553). Disponible partout au Québec, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

(Source: Association québécoise de prévention du suicide)