Quand une table relate les pans de notre histoire

Quand une table relate les pans de notre histoire

Si le propos se veut léger dans ce roman

Si un objet du quotidien traversant les siècles se mettait à raconter ce dont il fut témoin? L’auteur Réal Houde s’est amusé à mettre en scène une table, spectatrice des moments clés qui ont façonné l’histoire du Québec.

«La table est le mobilier qu’on voit partout. Dans les restaurants, les bibliothèques, etc. C’est un objet qui est communautaire, collectif. Les gens se rassemblent toujours autour d’une table», relate celui qui signe son premier roman La table – l’insaisissable peuple québécois aux Éditions de la francophonie.   

Préférant parler de mises en scène plutôt que de chapitres, l’écrivain a donné vie à cette table qui a été trimbalée de propriétaire en propriétaire à différents lieux et époques.

«On la retrouve tantôt dans un presbytère à la fin de 19e siècle, puis dans une maison cossue appartenant à des Anglais. Cela me donne l’occasion d’aborder la Confédération, de parler un peu d’immigration, de la période du Refus global. Je parle d’événements historiques, parfois de manière explicite, d’autres fois non. Ce n’est pas un livre d’histoire même s’il y a des références historiques», explique l’auteur qui est notamment animateur au Service d’animation spirituelle et d’engagement communautaire à l’école secondaire de la Magdeleine à La Prairie.

Le mystère québécois

Interrogé sur le sous-titre de son roman, Réal Houde affirme qu’il parle de lui-même.

«On est un peuple qui est dur à suivre. Qu’on pense aux résultats des élections fédérales de 2011 et aux dernières élections provinciales, à nos deux référendums, à l’accord du lac Meech, c’est intense», souligne celui qui collabore en tant qu’auteur à la Société d’histoire de La Prairie de la Magdeleine.

Réal Houde qui réside à Saint-Bruno-de-Montarville planche sur un deuxième ouvrage romanesque une aventure contemporaine dont l’action se déroule sur la scène internationale.

En 2012, celui qui est généalogiste de filiation agréé avait fait paraître l’essai intitulé L’improbable victoire des Patriotes en 1837. Clans familiaux, alliances politiques et pouvoir féodal entre 1830 et 1837 dans la vallée du Richelieu.