Réseau parallèle de revente de lait maternel

Réseau parallèle de revente de lait maternel

La Banque publique de lait maternel d’Héma-Québec a recueilli près de 1 550 litres en 2016.

Crédit photo : Gracieuseté - Héma-Québec

En naviguant sur des sites de revente comme Kijiji, on constate que certaines femmes sont prêtes à acheter du lait maternel provenant d’une autre mère, pour diverses raisons, malgré les risques de contamination et l’absence d’encadrement.

Interrogé par Le Reflet, le Directeur des relations publiques d’Héma-Québec, Laurent-Paul Ménard, est d’avis que cette pratique découle du fait que les coûts de production d’Héma-Québec sont encore trop élevés pour que le lait maternel pasteurisé soit vendu aux citoyens.

«Les hôpitaux sont prêts à payer 170$ le litre parce que la maladie que pourrait développer le prématuré qui n’en reçoit pas est encore plus coûteuse, explique-t-il. À ce prix-là, je ne suis pas sûr que ce soit abordable pour les mères dont le bébé est en santé et qui n’allaitent pas pour x raisons.»

De plus, Héma-Québec peine à combler les besoins des bébés prématurés. L’organisme voit donc mal comment il pourrait étendre sa mission, ajoute M. Ménard.

Dans un document publié conjointement par l’Organisation mondiale de la santé et UNICEF, il est indiqué que la meilleure solution de rechange à l’allaitement est le recours au lait d’une autre mère provenant d’une banque de lait humain ou d’une nourrice en bonne santé.

À lire aussi: Don de lait, don de vie