Saint-Constant achète une partie du Quartier de la gare au coût de 10,5 M $

Saint-Constant achète une partie du Quartier de la gare au coût de 10,5 M $

Si Saint-Constant a acheté une section du Quartier de la gare

La Ville de Saint-Constant a annoncé en conférence de presse, le 5 mai, l’achat d’une partie des immeubles du Quartier de la gare et de son stationnement au coût de 10,5 M$. La transaction exclut les trois bâtiments distincts occupés respectivement par la clinique dentaire Dentiste Saint-Constant, Tim Hortons et Uniprix.

Concrètement, la transaction réalisée auprès du propriétaire des lieux, Peter Veres, comprend les bâtiments abritant la bibliothèque municipale et la Banque de Montréal, ainsi que l’édifice adjacent linéaire dont les locaux sont tous vacants. En procédant à cette acquisition (dont la transaction notariée est prévue pour juin), la Ville dit vouloir reprendre le contrôle du développement commercial de ce secteur considéré comme le cœur de Saint-Constant.

«Le tout s’inscrit dans un plan directeur réfléchi pour le développement de la rue Saint-Pierre. C’était un long processus de deux ans et demi où nous sommes passés par toute la gamme des émotions», a déclaré le maire, Jean-Claude Boyer.

 

Bibliothèque et revenus anticipés

Les services municipaux qui occupaient le rez-de-chaussée de la bibliothèque ont notamment été rapatriés à l’hôtel de ville, en avril. Les activités de la bibliothèque cesseront quand la nouvelle, au coût de 7,9 M$ (dont 1,9 M$ en subvention de Québec), verra le jour. Les travaux doivent débuter en 2018.

D’ici là, le rez-de-chaussée sera occupé par des établissements collégiaux. Les collèges André-Grasset, Laflèche et O’Sullivan se sont montrés intéressés.

Dès septembre, des attestations d’études collégiales pourraient être offertes en inspection et évaluation de bâtiment, en animation 3D et en sécurité industrielle et commerciale.

Pour justifier cette acquisition la Ville affirme qu’elle veut offrir plus de services à sa population. Un sondage commandé par Saint-Constant et réalisé à l’été 2016 auprès des citoyens indiquait que 85% d’entre eux étaient favorable à l’implantation d’un campus privé de niveau collégial à Saint-Constant.

Une fois déménagés, les locaux de la bibliothèque seraient loués ou vendus à des tiers ou aux collèges pour répondre à leurs besoins d’expansion.

«En étant propriétaires, nous économiserons plusieurs centaines de milliers de dollars annuellement, ce qui nous permettra d’investir dans des projets de développement. À terme, nous pourrions compter sur des revenus potentiels (découlant de l’ensemble des locations disponibles) à plus de 818 000$ par an», a indiqué le maire Boyer.

En entrevue, il a indiqué que des gens d’affaires étaient intéressés à louer des locaux dans le bâtiment linéaire situé à côté de la bibliothèque.

M. Boyer a ajouté que ce n’est pas le rôle de la Ville de se transformer en promoteur immobilier et, qu’à ce titre, Saint-Constant souhaite que des investisseurs rachètent éventuellement le tout.

 

Une question de coût

Le conseil actuel cherchait une solution afin de mettre un terme à la location de sa bibliothèque ainsi et d’une partie de ses services administratifs qui occupaient les lieux depuis 2012.

Le bail de location que Saint-Constant avait contracté auprès de M. Veres était échu depuis le 31 mars. La Ville devait trouver un autre endroit pour sa bibliothèque. Avec cet achat, elle n’est plus dans l’obligation immédiate de déménager.

«Le bail étant terminé et les coûts annuels de location étant beaucoup plus élevés que ceux du marché, l’achat devenait la seule décision logique», a déclaré le maire.

Saint-Constant fait valoir aussi la baisse notable des frais locatifs. Au lieu de payer annuellement en location 557 718$ comme c’était le cas avec l’ancien bail, elle réalisera des économies de 226 729$ dès la première année. À ces économies s’ajouteront les revenus anticipés découlant de la location. Dans ces différents scénarios financiers concernant le taux d’occupation des locaux, la Ville affirme que même à 50% d’occupation, les revenus annuels sont estimés à 78 338$.