Un témoin raconte ce qui a mené au carambolage sur l’autoroute 30

Un témoin raconte ce qui a mené au carambolage sur l’autoroute 30

Crédit photo : Gracieuseté - Benoît Gauthier

Benoît Gauthier, un résident de Candiac, a été aux premières loges du carambolage monstre survenu sur l’autoroute 30 Ouest à Saint-Constant, le mercredi 7 février, vers 13h20. En entrevue, le chauffeur a qualifié la scène de «jeu de bowling sur 1 km».

«Je roulais à 70 km/h et un peu après la rivière Saint-Pierre, j’ai frappé un mur blanc, image M. Gauthier qui était au volant d’un camion cube de 16 pieds. Avec les rafales de vent et la poudrerie, la visibilité s’est amoindrie dans le temps de le dire».

«Je n’étais pas capable de freiner et je voyais que les autos commençaient à ralentir parce qu’on ne voyait plus rien, poursuit-il. Au lieu de m’en aller dans le mur antibruit (à droite) ou de frapper quelqu’un en avant, j’ai volontairement pris le champ et le camion à ma gauche aussi.»

En sortant de son véhicule, M. Gauthier a vu le carambolage commencer. Contrairement aux informations préliminaires fournies par la Sûreté du Québec, ce ne sont donc pas les deux semi-remorques qui sont à l’origine de l’accident.

«Les autos se sont mises à se rentrer dedans et les poids lourds ont suivi, raconte le camionneur. Ça n’arrêtait plus! Ce n’était vraiment pas beau à voir!»

Sur les images que M. Gauthier a envoyées au Reflet, on voit au moins trois poids lourds ayant subi des impacts.

«J’ai jamais vu ça! Les vans et les autos jouaient comme une partie de bowling!»

-Benoît Gauthier, camionneur

Assistance

Voyant que certains étaient en difficulté et que les secours tardaient à arriver, Benoît Gauthier s’est mis à porter assistance aux gens. Il a notamment rassuré deux personnes âgées qui avaient le visage ensanglanté après que les sacs gonflables de leur véhicule se soient déployés.

D’autres personnes se sont ensuite jointes à lui pour dévier les autos et faire un corridor de circulation pour les services d’urgence.

«Les towings et ambulances ne pouvaient pas passer, alors on a essayé de faire de la place, mais à un moment donné je suis retourné m’attacher dans mon camion parce que ça devenait trop dangereux», dit-il.

Ne souhaitant pas alourdir le bilan des blessés, le Candiacois a préféré quitter les lieux. Il a cependant eu le temps de voir que d’autres accidents avaient eu lieu à sa hauteur, mais en direction Est.

Sur Twitter, Transport Québec a d’ailleurs annoncé la fermeture de l’autoroute 30 entre les autoroutes 730 et 15, dans les deux directions, autour de 14h.

La circulation a été rétablie vers 19h30. Le responsable des communications de Transport Québec doit transmettre au Journal le bilan des voitures remorquées sous peu.

Pas de décès

Au moment de l’événement, la responsable des communications de la Régie d’incendie Saint-Constant-Sainte-Catherine, Patricia Traversy, a confirmé qu’au moins 30 véhicules étaient impliqués dans l’accident et que les pompiers faisaient des «manœuvres de désincarcération pour sortir les gens».

Le relationniste de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM), Luc Latreille, a affirmé que sept personnes, dont une en état de choc, ont été transportées à l’hôpital pour traiter des blessures mineures.

«Nous avons également été appelés pour un autre événement dans le même secteur de l’autoroute 30, en direction Est, mais aucun transport n’a été nécessaire», a-t-il ajouté.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Ingrid Asselin, a rappellé aux automobilistes de conserver une distance sécuritaire et d’éviter les dépassements brusques.

«Il faut adapter sa conduite parce qu’un tamponnage peut entraîner un effet domino et créer toute une commotion», a-t-elle souligné.

À lire aussi: Deux carambolages sur l’autoroute 30

  • Claude Bergot

    alor que les provinces et etats autour de nous avaient prevue le Quebec toujours en retard comme d habitude c est franchement desolant