Un résident originaire de Delson souffle ses 100 bougies

Un résident originaire de Delson souffle ses 100 bougies

Gérard Monette

Gérard Monette qui a vécu à Delson a fêté son 100e anniversaire au Domaine des cascades à Sainte-Catherine, le 15 septembre.

L’homme qui est né en réalité le 16 septembre 1917 est le 8e d’une famille de 10 enfants.

«Ses parents, Adrien Monette et Albina Longtin possédaient une terre près de la route 132, entre les rues Principale et Jogues», a indiqué Monique Paquette, membre du comité de résidents du Domaine des cascades, dans une note biographie consacrée au centenaire.

Parce que la mémoire de M. Monette lui joue des tours, la note a été rédigée en collaboration avec la nièce de ce dernier, Denise Turcotte.

 

Scarlatine

À trois ans, Gérard Monette a contracté la scarlatine, une maladie qui pouvait s’avérer mortelle en raison de l’absence d’antibiotiques à cette époque.

«Le médecin l’avait condamné à une mort certaine. En dernier recours, sa mère lui avait donné de l’huile à lampe pour le faire vomir. C’est comme ça qu’elle lui a sauvé la vie en lui laissant, cependant, une santé fragile», lit-on. 

Enfant, accompagné de ses frères, M. Monette partait vers le marché Bonsecours à Montréal en charrette tirée par le cheval de ferme afin de vendre les légumes produits par sa famille.

En 1947, à l’âge de 30 ans, il s’est marié avec Madeleine Lefebvre à l’église de Saint-Constant. Le couple qui est demeuré rue Principale à Delson n’a pas eu d’enfants. Son épouse est décédée en 1999.

M. Monette a travaillé à la briqueterie de Delson appelée communément «La Briquade». Quand l’usine a fermé ses portes en 1971, il est devenu chauffeur d’autobus scolaire pour son frère Conrad. Celui-ci était le propriétaire des autobus Monette & Fils à Delson.

Questionné sur le secret entourant sa longévité, Gérard Monette aurait répondu qu’il aimait savourer du whisky et qu’il ne prenait aucun médicament.