Une famille échappe à la mort

Une famille échappe à la mort

Un grave incendie a anéanti un cottage du croissant des Pins

«Tout s’est envolé dans le feu, on a tout perdu.»

Deux jours après le grave incendie qui a anéanti un cottage du croissant des Pins, à Sainte-Catherine, samedi matin, Stéphane Brière est toujours sous le choc. Le père et sa famille ont perdu tous leurs biens personnels, leurs animaux de compagnie et un véhicule.

L’association sportive de Lacrosse Roussillon subit également un dur coup.

«J’ai perdu pour des milliers de dollars tout l’équipement de crosse de mes 91 joueurs», mentionne au Journal M. Brière, fondateur de l’organisme.

«Nous avons eu l’aide des gens samedi, ils ont été très gentils avec nous», affirme-t-il.

Brasier général

Au moment de l’appel logé aux pompiers vers 5h45, le feu était déjà d’une grande ampleur.

«Quand nous sommes arrivés, l’embrasement était généralisé. Je peux dire que nous sommes arrivés in extremis», admet Jean-Pierre Lacombe, directeur du Service incendie de la Ville de Sainte-Catherine.

Les résidents dormaient au début de l’incendie, mais personne n’a été blessé. Trois adultes ont été évacués, dont deux grâce à une échelle d’un voisin.

«Un policier est venu cogner pour nous demander une échelle. Il est ensuite parti en quatrième vitesse», a raconté le bon Samaritain et voisin immédiat de la famille sinistrée.

Ce dernier et son épouse ont dû sortir rapidement leurs animaux et leurs voitures du stationnement pour éviter qu’elles soient incendiées.

Le troisième résident a sauté en bas du deuxième étage pour fuir le brasier. Les policiers, qui sont arrivés sur les lieux avant les pompiers, ont évacué deux résidences voisines.

Des témoins ont affirmé que c’est un cycliste roulant dans le secteur qui aurait alerté le voisinage.

Cause indéterminée

Le Service incendie ignore pour l’instant la cause exacte de l’incendie, mais la Régie intermunicipale de police Roussillon a confirmé que le feu n’était pas de nature criminelle.  

«L’origine du feu vient du patio arrière, mais nous procédons par élimination pour connaître la cause», explique Jean-Pierre Lacombe, directeur du Service.

Le cottage de deux étages est une perte totale évaluée à 300 000$ par les pompiers. Selon M. Lacombe, des dommages ont également été causés aux résidences voisines en raison de la radiation des flammes qui a fait fondre le revêtement des maisons.

Les pompiers de Sainte-Catherine ont fait appel à leurs confrères de Saint-Constant, Candiac-Delson, La Prairie et Mercier. Un total de 33 pompiers ont été à l’œuvre.

«L’embrasement a été intense, mais l’extinction a été relativement rapide, mentionne toutefois M. Lacombe. Nous en voyons des feux très graves et celui-là, dans les circonstances, s’est bien déroulé pour notre équipe.»