Actualités
Élections

Deux partis de La Prairie débattent sur l’environnement

jeudi le 21 octobre 2021
Modifié à 14 h 10 min le 22 octobre 2021
Par Guillaume Gervais

Les candidats ont répondu à une vingtaine de questions pendant deux heures. (Photo: Capture d'écran)

La candidate du parti Place aux citoyens dans le district de la Bataille, Andrée Gendron, et le candidat du parti Équipe Barbara Joannette - Ensemble pour les citoyens dans le district de la Magdeleine, Ghislain Lejeune, ont débattu d’enjeux environnementaux le 19 octobre au Centre multifonctionnel Guy-Dupré, à La Prairie.

Les organismes La planète s’invite à La Prairie et Vire-au-vert, derrière l’organisation de l’événement retransmis virtuellement, avaient préalablement sondé les citoyens sur les sujets les plus importants à leurs yeux afin de questionner les candidats en ce sens.

Le Reflet a effectué un compte-rendu des réponses des deux participants.

Place aux citoyens

Le parti de Frédéric Galantai s’engage à travailler sur la protection des espaces verts. Il propose notamment d’en faire davantage pour atteindre la cible de 25% des milieux protégés en 2025 auquel le Québec s’est engagé.

«Nous nous engageons à concrétiser le parc urbain régional de la rivière St-Jacques, à protéger la prûcheraie centenaire du secteur de la Bataille et à prendre les mesures pour accorder un statut de protection permanent aux habitats de la rainette faux-grillon visés par le décret d’urgence», fait savoir Mme Gendron.

Place aux citoyens veut également conscientiser les commerces à adopter des mesures plus vertes, puis mettre ces entreprises de l’avant.

«Il y en a déjà plusieurs qui offrent des produits en vrac et qui encouragent les clients à utiliser leurs propres contenants», soutient-elle en mentionnant qu’un crédit pourrait être donné aux consommateurs qui achètent des produits écoresponsables.

Du côté du transport actif, elle note qu’il y a beaucoup à faire pour qu’il soit plus fluide à La Prairie.

«Il faudrait ajouter plus de voies cyclables à travers la ville, notamment sur le chemin de Saint-Jean ainsi que lors de l’agrandissement de la route 104», indique-t-elle.

À propos de l’avenir de l’ancienne carrière, Place aux citoyens veut donner prépondérance aux espaces verts et à la restauration d’un plan d’eau sur le terrain.

La formation estime ainsi se ranger derrière la faveur populaire, a répondu la fondatrice du regroupement Projet carrière vivante, qui a milité pour la préservation du site depuis son acquisition par M. Poirier en 2019.  Elle souhaite également restreindre le développement résidentiel au plateau nord du site. 

Équipe Barbara Joannette - Ensemble pour les citoyens

M. Lejeune fait savoir que le parti de Barbara Joannette est en faveur du développement du transport actif, mais qu’il ne souhaite pas entrer en guerre avec les automobilistes pour autant. Il favorise une approche libre de choix.

«Il faut donner l’option d’utiliser le transport actif aux citoyens et non leur retirer la voiture. Il faut également développer plus de sentiers cyclables pour connecter les quartiers», mentionne-t-il.

Selon lui, l’adhésion des citoyens au transport en commun passe par l’éducation. Son parti prévoit entre autres organiser des événements pour faire la promotion du vélo.

«Pour que les citoyens commencent à abandonner leurs autos, il faut qu’ils soient en mesure d’avoir une alternative si l’usage est nécessaire», explique-t-il en proposant aussi l’implantation d’un système de partage de voitures.

De plus, le parti s’engage à garder le Marché des jardiniers ouvert à l'année à l’aide de serres, puisque «la pandémie a démontré qu’il était primordial que les municipalités puissent s’autosuffire», ajoute l'ingénieur.

Ensemble pour les citoyens compte se pencher sur les réglementations et politiques de la Ville afin de faciliter les initiatives écologiques proposées par les citoyens.

Concernant le sort de l’ancienne briqueterie, M. Lejeune indique que son parti souhaite travailler avec le propriétaire du terrain, Luc Poirier, dans le but de préserver la plus grande superficie verte possible.

«Nous allons garder une vigile sur le projet pour s’assurer que les étapes soient bien respectées», ajoute-t-il.

Absence de l’Équipe Donat Serres

Questionné sur son absence, le maire sortant Donat Serres a répondu au Reflet qu’il ne participe qu’aux débats impliquant les candidats à la mairie et qu’il considère que cet enjeu aurait dû être débattu par les chefs.

M. Serres a également allégué que des membres du comité organisateur avaient déjà affiché leur penchant pour un autre parti dans le passé et qu’il ne voulait donc pas participer à un débat qui aurait pu être partial, selon lui. Dans son invitation, l’organisme La planète s’invite à La Prairie avait toutefois qualifié son événement de non partisan.

Le candidat à la mairie a préféré vouloir accorder une entrevue au Journal pour parler de ses engagements en environnement.

«La protection des lieux naturels est un enjeu important. Par contre, ça prend un équilibre entre l’environnement et l’économie», a-t-il fait valoir.

M. Serres a rappelé l’ouverture de l’écocentre, l’implantation d’un projet-pilote de recyclage du verre et la création d’un poste de conseiller principal au développement durable.

Sa formation veut poursuivre le déploiement de bornes de recharge électrique, puis instaurer une politique d’achat de ce type de véhicule, afin d’en ajouter à sa flotte municipale.

Il s’est aussi engagé à nettoyer de façon récurrente les berges du lac La Citière pour contrer le phragmite, une plante envahissante.

Au sujet de l’ancienne briqueterie, M. Serres a fait valoir qu’il n’était pas en faveur des travaux effectués sur le site, mais qu’il n’avait pas le choix, puisque le promoteur avait l’autorisation du ministère de l’Environnement.

«Nous voulons travailler en collaboration afin de trouver les meilleures solutions possibles», a-t-il poursuivi.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous