À 88 ans, il aurait agressé sexuellement une dame de 94 ans

À 88 ans, il aurait agressé sexuellement une dame de 94 ans

Sur la photo, le Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

Crédit photo : Journal Saint-François - Steve Sauvé

Accusé d’agression sexuelle, Raymond Leboeuf, 88 ans, doit faire face à la justice pour des présumés faits qui se seraient déroulés en janvier dernier.

Le 2 janvier 2018, Raymond Leboeuf a rendu visite à une dame qui souffre de la maladie d’Alzheimer dans une résidence pour personnes âgées située à Salaberry-de-Valleyfield. C’est à ce moment qu’il aurait été pris en flagrant délit par des préposées aux bénéficiaires de l’endroit où se serait passée l’agression.

Selon les informations obtenues par le Journal Saint-François, la présumée victime se plaignait depuis quelque temps qu’un homme allait dans sa chambre pour la toucher. Les enfants de la dame qui est âgée de 94 ans auraient tenté de la questionner. Par contre, la nonagénaire n’était pas en mesure de décrire son présumé agresseur à cause de sa maladie dégénérative.

C’est en constatant que la porte de chambre de la dame était verrouillée lorsqu’elles ont voulu lui apporter une collation, que les préposées ont été témoins de la situation.

«Les préposées ont vu Raymond Leboeuf nu, couché sur la victime, confirme une proche de la dame dont l’identité ne peut être révélée afin de respecter une ordonnance de non-publication en lien avec la présumée victime. Il lui rendait souvent visite. Il a toute sa tête. La preuve, il conduit encore sa voiture. Depuis quelque temps, elle disait qu’un homme la touchait et qu’elle n’aimait pas cela.»

Le mardi 20 février dernier, Raymond Leboeuf a été formellement accusé d’agression sexuelle. L’homme bien connu dans la région pour avoir exploité pendant des années un commerce de portes et fenêtre et pour son implication dans plusieurs églises, a confié sa défense à Me Marc Lavoie. La poursuite est assurée par Me Lili Prévost-Gravel.

La cause revient devant le tribunal le jeudi 19 avril pour orientation et déclaration.

 

Commenter cet article

avatar