Actualités

Abus sexuels dans les églises : aucun personnel actif visé dans le diocèse

jeudi le 23 juin 2022
Modifié à 15 h 07 min le 23 juin 2022
Par Paula Dayan-Perez

pdayan-perez@gravitemedia.com

L'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge à La Prairie fait partie du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil. (Photo: Le Reflet - Archives)

Aucun membre du personnel pastoral actif dans les paroisses du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil n’est visé par des allégations fondées d’abus sexuels, indique son secrétaire général. Le 6 juin, la Province ecclésiastique de Montréal et celle de Gatineau ont rendu public un audit sur des allégations d’abus sexuels au sein de ses églises depuis 1940.

L’étude menée par le juge retraité de la Cour supérieure du Québec André Denis a identifié 87 membres du personnel dont le dossier documentait des allégations d’abus sexuels confirmées ou bien fondées commis à l’endroit de personnes mineures ou d’adultes vulnérables au cours des 81 dernières années. 

Le Journal a voulu savoir si l’une de ces personnes a servi dans le territoire du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil, qui s’étend sur les villes de Brossard, Longueuil, Saint-Hubert, Saint-Lambert, Candiac, Sainte-Catherine, Delson, Saint-Constant, La Prairie, Saint-Rémi, Saint-Isidore et Kahnawake, entre autres. Nous n’avons pas reçu de réponse.

«Tous les abuseurs identifiés par le juge ont été sanctionnés canoniquement par l’évêque concerné. Ce sont les seules informations que je peux vous communiquer», a écrit Yvon Métras, secrétaire général du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil dans un courriel à Gravité.

Un cas d’abus sexuel à Kahnawake

Dans un rapport publié le 28 février 2022, la firme privée King International Advisory Group a identifié un cas d’agression sexuelle survenue à l’église Saint-François-Xavier à Kahnawake entre les années 1976 et 1979. L’étude avait été commandée par l’ordre des Jésuites du Canada à la suite d’allégations d’abus sexuel sur des mineurs portées contre l’ancien prêtre Léon Lajoie, aujourd’hui décédé. Les enquêteurs ont toutefois conclu que ce dernier n’a pas été l’auteur de l’acte.

Même si cette église apparaît sur la liste de paroisses du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil, ce cas d’abus sexuel n’a pas été recensé par l’audit de Me Denis car il «ne portait que sur le personnel pastoral diocésain, indique le bureau du Diocèse. Il exclut les membres des communautés religieuses qui répondent directement à leur supérieur religieux et ne dépendent pas de l’autorité de l’évêque.»

C’est le cas de l’église Saint-François Xavier qui relevait des Jésuites du Canada et non du Diocèse à l’époque de l’événement, ajoute M. Métras.