Accusé d’avoir mis le feu à six endroits

Accusé d’avoir mis le feu à six endroits

Des feux ont ravagé des bâtiments agricoles.

Crédit photo : (Photo:Gracieuseté – www.facebook.com/incendiek9)

Un texte de Valérie Gagnon

À lire aussi La police de Roussillon arrête un individu soupçonné de six incendies

Le suspect arrêté à la suite de six incendies allumés volontairement, samedi, dans les municipalités de Sainte-Martine, Saint-Clotilde et Saint-Urbain-Premier a comparu au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, le lundi 16 octobre.

Matthieu Blanchet, 40 ans, de Saint-Constant, fait face à neuf chefs d’accusation pour méfaits de biens qui ne lui appartiennent pas par le feu ou explosion, indique Ingrid Asselin, porte-parole de la Sûreté du Québec. «L’accusé demeure détenu, l’enquête se poursuit. Nous essayons de voir si cet homme est en lien avec d’autres incendies passés», mentionne Mme Asselin. Le premier incendie s’est déclaré à Saint-Clotilde un peu après midi. En tout, six incendies ont dû être éteints en l’espace de deux heures. Environ une cinquantaine de pompiers sont intervenus dans la vague de feu, samedi. Des dommages ont été faits à des garages, cabanons et tracteurs agricoles.

Selon le directeur des incendies de Saint-Urbain-Premier, Philippe Thibault, trois incendies ont fait des ravages sur le chemin de la Rivière-des-Fèves, dans la municipalité. Les pompiers de Sainte-Martine, Saint-Clotilde, Beauharnois, Mercier et Saint-Rémi ont prêté main-forte pour ces opérations. Le détour à cause des travaux au pont Dulude a allongé le temps d’arrivée des pompiers sur les lieux de l’incendie.

Les pompiers de Sainte-Martine ont dû s’arrêter pour éteindre un feu qu’ils ont vu en chemin vers le deuxième feu de Saint-Urbain-Premier. Vers 14 h 50, samedi, les policiers de Roussillon ont appréhendé le suspect dans une station-service située rue Saint-Pierre à Saint-Constant. L’arrestation a pu être faite à la suite d’échanges d’informations entre les corps policiers. Le service des crimes majeurs de la SQ mène toujours une enquête.

Citoyens mobilisés

Selon M. Thibault, les citoyens touchés se sont mobilisés pour essayer de pincer et d’identifier le suspect en créant une chaîne téléphonique. C’est ce qui aurait pu faciliter son arrestation par les policiers de Roussillon quelques heures après les feux, selon lui.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar