Augmentation du salaire des élus à La Prairie

Augmentation du salaire des élus à La Prairie

Le conseil municipal de La Prairie.

Crédit photo : Le Reflet - Archives

La Ville de La Prairie a présenté un avis de motion concernant la hausse de salaire de ses élus lors du conseil municipal du 5 novembre.

Actuellement, la rémunération de base annuelle du maire Donat Serres est de 65 980$ auquel s’ajoute une allocation de dépenses de 16 595$. Le projet de règlement (1289-M) ferait en sorte qu’il gagnera 67 960$. Son allocation demeurera la même.

Le salaire annuel de base des conseillers connaîtra aussi une hausse si le règlement est adopté lors de la séance municipale du 3 décembre. De 21 732$, il passerait à 22 385$. Leur allocation est égale à 50% de leur rémunération jusqu’à concurrence du maximum fixé chaque année par la loi et se situera donc à 11 192$ au lieu de 10 866$, comme c’est actuellement le cas.

 

Rémunération additionnelle

Le projet de règlement indique que le conseiller qui est nommé maire suppléant a droit à une rémunération additionnelle de 104$ par semaine, à laquelle s’ajoute la somme de 52$ par semaine à titre d’allocation de dépenses.

Tout conseiller qui préside une commission permanente a droit pour la période durant laquelle il occupe cette fonction à une rémunération additionnelle de 208$ par mois à laquelle s’ajoute la somme de 104$ par mois à titre d’allocation de dépenses.

La rémunération des membres du conseil sera indexée à la hausse pour chaque exercice financier à compter du 1er janvier.

Le règlement devrait être vraisemblablement adopté lors de la séance du 3 décembre.

3
Commenter cet article

avatar
1 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
JS LacasseDavid Penven Recent comment authors
JS Lacasse
Invité
JS Lacasse

Dans votre article M. Penven vous n’avez pas fait mention de l’imposition en 2019 par le Fédéral des allocations de dépenses des élus municipaux.
Est-ce à dire que les élus de La prairie acceptent de ne pas augmenter leur salaire de base afin de compenser pour l’imposition par le Fédéral de leur allocation de dépenses.