Billet d’humeur : un accident est si vite arrivé

Billet d’humeur : un accident est si vite arrivé

Un accident impliquant deux véhicules.

Crédit photo : Depositphotos

Avez-vous un bon dossier de conduite? 

Le mien était enviable. Jusqu’à tout récemment. En l’espace de 30 ans, j’avais fait une seule réclamation à mon assureur. Pour un accrochage dont je n’étais pas responsable.

Puis ça s’est mis à débouler l’automne passé. Mon premier accident responsable. Dans un stationnement intérieur. En rénovations. C’est d’ailleurs ce qui me choque le plus. En raison des travaux, la voie de circulation avait été modifiée. Puis, il y avait des voitures garées à des endroits normalement interdits. J’ai tourné à droite. Un peu trop serré. Par quelques millimètres. J’avais peur d’accrocher une voiture stationnée dans le tournant.

J’ai entendu un bruit de tôle. Qui ne laissait aucun doute à l’effet que ma porte du passager arrière avait touché à quelque chose. J’avais frôlé une colonne temporaire. Aménagée pour protéger un tuyau pendant les rénovations.

La peinture jaune de la colonne temporaire n’a pas pardonné. Avec en prime une mini-éraflure sur la tôle de mon auto. J’étais en ta!

J’ai appelé mon assureur et tout s’est rapidement réglé.

«Chaque accident arrivé à autrui est un accident évité par vous.»

-Sacha Guitry dans Jusqu’à nouvel ordre

Puis cet hiver, au retour d’un dîner à la maison, j’ai aperçu un petit éclat au bas du pare-brise alors que je me stationnais au bureau. Si subtile que je ne l’avais pas remarqué au volant quelques minutes plus tôt. Le froid sibérien a fait son œuvre. L’éclat est vite devenu un long trait. De quelques centimètres au début à plus d’un mètre au bout de quelques jours.

J’ai rappelé mon assureur (soupir). J’étais un peu découragée. Alors que je racontais à l’experte que j’en étais à ma deuxième réclamation en peu de temps, je ne m’attendais pas à sa réponse:

«On ne sait pas pourquoi, mais les études démontrent qu’une personne qui fait une réclamation va souvent en faire deux autres dans les mois suivants.»

Quoi!?

Depuis ce temps, j’ai perdu le contrôle sur une plaque de glace dans un stationnement. Si bien que j’ai failli me retrouver dans le décor. Heureusement, je roulais à basse vitesse. J’étais blanche comme un drap. J’ai aussi failli entrer dans une chaîne de trottoir ensevelie sous un énorme banc de neige. Et quoi encore?

Il reste que ça ne me ressemble pas. Que je ne fais pas de folies au volant. Mais que je suis insécure comme jamais. Un accident est si vite arrivé.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar