Billet d'humeur : traitée aux petits oignons

Par Hélène Gingras
Billet d'humeur : traitée aux petits oignons

Vous arrive-t-il d’être agréablement surpris?
Je suis retournée à l’urgence la semaine passée. Avec ma mère. À la demande de son médecin. Qui se grattait la tête à essayer de trouver l’origine de rougeurs violacées apparues soudainement sur sa peau. Il était si embêté lorsqu’il l’a examinée qu’il a voulu faire venir son collègue pour obtenir son avis. Ça n’annonçait rien de bon, me semblait-il.
Surtout que ma mère avait consulté en clinique à l’urgence quelques jours auparavant. Sans obtenir de diagnostic. La docteure qui l’avait accueillie s’était aussi gratté les méninges. Elle avait également fait venir un collègue pour avoir une seconde opinion. Ma mère avait fini à l’hôpital pour passer des prises de sang, sur ses ordres. Malgré tout, personne n’avait réussi à mettre le doigt sur son bobo.
Heureusement, elle ne souffrait pas trop. En désespoir de cause, elle était retournée voir son médecin de famille. Et voilà que celui-ci voulait lui faire passer de nouveaux tests. Rapidement. Il l’a donc dirigée vers l’hôpital. Avec un passage obligé par l’urgence. Soupir…
J’étais prête psychologiquement à m’user les fesses sur une chaise de la salle d’attente. L’expérience servant à quelque chose, j’avais tout prévu pour tuer le temps et répondre à mes moindres besoins. De l’eau, de quoi manger, des circulaires, un livre, mon iPad…

«Le malade ne guérit pas seulement de soins.»
-Patrick Segal dans L’Homme qui marchait dans sa tête

Résultat? J’ai à peine eu le temps de lire. Ma mère a été prise en charge en moins de deux heures. Passant un scanner par ici, un rayon X par là. Une prise de sang. En fin d’avant-midi, on avait pratiquement fait le tour de l’hôpital. Visité le moindre corridor. Elle avait enfilé quatre jaquettes. Vu deux médecins.
En début d’après-midi, on repartait avec un diagnostic à être confirmer par une biopsie, le lendemain. Dont les résultats seront connus dans quelques semaines. Chez elle, la maladie se présente de façon atypique. D’où la difficulté à la cerner.
Tout s’est passé si vite à l’hôpital que j’en ai moi-même perdu le fil. À certains moments, on n’avait à peine le temps de s’asseoir que ma mère était rappelée pour passer un autre test ou rencontrer un spécialiste.
D’une efficacité record. Puis, un personnel soignant encore une fois dévoué. Attentif. Compatissant. Ç’a mis un baume sur plusieurs de mes expériences précédentes.
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Rejean Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Rejean
Guest
Rejean

De quel hôpital parle-t-on?