Billet d’humeur : Une bonne étoile

Billet d’humeur : Une bonne étoile

Tout ce que j'ai pensé, c'est faire un pouce en l'air.

Crédit photo : Depositphotos

Vous arrive-t-il de remercier votre bonne étoile?

J’ai failli arriver en retard au boulot le premier matin de janvier où je travaillais. Au lieu, je suis rentrée avec le cœur qui me débattait encore dans la poitrine. Un peu sonnée de ce qui venait de se passer. Encore sous le choc.

L’expression dit qu’un accident est si vite arrivé. Tellement vrai! Ce matin-là, le pire a failli se produire. Pourtant, je ne roulais pas vite. Je ne conduisais pas de façon imprudente.

J’ai voulu faire un changement de voie sur la rue Saint-Pierre. Dans la zone limitée à 50 km/h. J’ai clignoté, fait mon angle mort et j’ai débuté ma manœuvre.

J’ai tout de suite entendu deux coups de klaxon venus de nulle part. En fait, en provenance d’une voiture qui était justement dans mon angle mort. J’ai donné un coup de roue pour revenir dans ma voie. Puis je me suis mise à zigzaguer un peu. En raison de ma manœuvre brusque. Et de la chaussée enneigée.

Deuxième peur bleue. J’ai craint pendant un instant de faire un face-à-face avec une des voitures venant sens inverse. Je voyais clairement les phares se dirigeant vers moi.

Tout ça n’a duré qu’une fraction de seconde. Mais j’en ai eu pour plusieurs minutes à m’en remettre. J’ai dû prendre de grandes respirations pour me calmer.

«Il arrive quelquefois des accidents dans la vie d’où il faut être un peu fou pour se bien tirer.»

-François de La Rochefoucauld

J’imagine que les automobilistes qui ont croisé mon chemin ce matin-là ont eu peur aussi. À commencer par la pauvre dame avec laquelle j’ai failli entrer en collision.

Quand elle m’a dépassé, elle m’a évidemment jeté un regard sévère. Nos yeux se sont croisés. Moi, je n’ai pas trouvé mieux à lui répondre que de lui faire un pouce en l’air. Pour lui dire merci d’avoir klaxonné. Pour nous avoir évité d’entrer en collision. De s’arrêter pour signer un constat amiable. Devoir contacter nos assurances. Faire des démarches pour des réparations. Que quelqu’un soit blessé. Et quoi encore? Bloquer la rue Saint-Pierre?

Elle n’a probablement pas compris que je la remerciais. Peut-être qu’elle m’a même trouvé frondeuse avec mon pouce en l’air. Qu’elle a cru je la narguais.

Les motocyclistes se font des signes pour se saluer quand ils se croisent. À quand ceux pour les automobilistes qui veulent dire merci? Parce qu’il n’y a pas que de la haine au volant.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

avatar