Billet d’humeur : La pyramide de consommation

Par Hélène Gingras
Billet d’humeur : La pyramide de consommation
(Photo : Depositphotos)

Avez-vous modifié vos habitudes de consommation pour sauver la planète?

J’écris le verbe sauver, mais il n’est pas dit que ce sera suffisant. Même si chacun parvient à réduire son empreinte écologique. Les experts nous répètent pourtant l’urgence d’agir.

Je vous ai déjà confié, il y a quelques mois, que je suis préoccupée par la question. Que j’essaie de modifier mes habitudes au quotidien. Je trouve que c’est difficile. Même avec beaucoup de volonté. J’imagine alors que ça doit passer six pieds par-dessus la tête de ceux qui ne sont pas autant convaincus.

C’est difficile parce que je me rends compte que je n’ai souvent pas le contrôle. Que ça passera aussi par un changement drastique de l’approche commerciale. Des petits pas sont faits, mais trop timidement. Comme apporter ses plats à l’épicerie pour y mettre ses achats.

Samedi, je me suis acheté un flotteur (une slush avec un peu de crème glacée molle). Une fois fini, j’ai tout jeté à contre-coeur à la poubelle. Une grande cuillère et son verre en plastique. Est-ce que j’aurais rapporter mes déchets à la maison pour les mettre au recyclage? Sinon apporter au moins ma propre cuillère pour le manger? Ça commence à être compliqué.

«La consommation, c’est l’addiction.»

-Luc Ferry

N’empêche que je m’amène mes sacs recyclables à l’épicerie. J’ai désormais des filets pour y mettre mes fruits et légumes. Afin de délaisser les sacs en plastique. Je me suis finalement acheté un appareil pour faire de l’eau pétillante. Afin de ne plus jeter de bouteilles vides au recyclage. Il n’en reste pas moins que je me demande quelle empreinte écologique découle de la fabrication de ma machine. Du CO2 de la bonbonne. Est-ce que je ne devrais tout simplement pas me contenter de boire l’eau du robinet?

C’est ce que préconise pourtant la pyramide de consommation collée sur mon frigo. J’ai trouvé ce dessin sur internet, tiré du site Vivre ses valeurs. C’est une pyramide qui indique la hiérarchie des achats. Ça se lit ainsi:

Utiliser ce qu’on a

Emprunter

Échanger

Acheter d’occasion

Fabriquer

Acheter

Donc, acheter devrait arriver en dernier. Après avoir épuisé les autres options. Je vous mets au défi, à votre tour, d’essayer d’appliquer cette pyramide.

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des