Ça n’arrête jamais

Par Hélène Gingras
Ça n’arrête jamais
Ça se répare comment une sonnette de porte d'entrée? (Photo : Depositphotos)

Avez-vous déjà remarqué le temps que vous consacrez à réparer une chose, puis une autre?

Je sais qu’une maison demande de l’entretien en continu. Des petites réparations ici et là. Des améliorations. Mais j’ai malgré tout le sentiment parfois que ça n’arrête jamais. Qu’il y a toujours quelque chose à remettre en état. À s’occuper.

Grâce au télétravail, j’ai su que la sonnette à l’entrée ne fonctionne plus. Je ne sais même pas comment réparer ça. Mais j’ai peu d’espoir. Ma voisine m’a dit que la leur avait aussi lâché. Et qu’ils ne sont jamais vu à bout de la réparer. On a un mécanisme semblable, alors… C’est tout de même sur ma liste de tâches à faire.

La semaine passée, mon lave-vaisselle a rendu l’âme. Il n’était pourtant pas vieux. Cinq ans d’usure, c’est rien! Après plusieurs démarches, j’ai finalement eu la visite d’un réparateur. Qui est entré (en sonnant en vain!), puis qui est reparti cinq minutes plus tard. Après que je lui ai expliqué le code d’erreur du modèle. La pièce de rechange ne se vend plus, m’a-t-il dit. Il m’en a coûté 100$ pour le savoir.

Entre-temps, je me suis finalement procuré un nouveau mécanisme pour une fenêtre à manivelle. Devenu défectueux avec le temps. Que je négligeais de remplacer. Or, j’étais à bout d’avoir à retirer le grillage-moustiquaire chaque fois que j’avais trop chaud. Trop froid. Ou qu’il pleuvait. J’avais repoussé cent fois l’appel à un vitrier.

Mais ça ne s’arrête pas à ça. Il y aussi une foule de petits objets qui se brisent. Qui cessent de fonctionner. Et qui me causent plus de soucis qu’autre chose. Ce serait plus simple d’acheter du neuf…

Des exemples? La pile de mon thermomètre qui prend la température corporelle doit être remplacée. C’est une affaire de rien, mais qui nécessite que je passe à l’action. Le thermomètre traîne depuis des semaines sur une petite table. Parce que j’ai reporté mes visites non urgentes dans les magasins pendant le déconfinement.

Je dois aussi trouver la facture de mes lunettes de soleil. Si je me souviens bien, les verres abîmés sont garantis. Et quoi encore? Il faudrait bien que j’envoie mon bracelet artisanal reçu en cadeau en réparation plutôt que de le prendre dans mes mains seulement quand vient le temps d’épousseter ma commode.

D’une petite chose à l’autre, ça n’arrête jamais.

«Ayez surtout le souci de séparer les choses du bruit qu’elles font.»

-Sénèque

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des