Candiac : les propriétaires riverains ne veulent pas de sentier dans leur cours

Candiac : les propriétaires riverains ne veulent pas de sentier dans leur cours

Perspective 3D du sentier longeant la rivière de la Tortue à Candiac.

Crédit photo : Gracieuseté

Aucun des deux concepts de sentier piétonnier aménagé dans le secteur des M le long de la rivière de la Tortue n’a fait consensus auprès des citoyens présents à la soirée d’information, le 10 octobre, au Complexe Roméo-V.-Patenaude à Candiac.

La firme d’aménagement paysager Stantec avait été mandatée par la Ville pour présenter des plans, inspirés des suggestions émises par les résidents concernés lors des soirées de consultation, les 5 et 6 juin. Ces derniers ont pris connaissance des résultats le 10 octobre, puis émis leurs commentaires aux représentants de Stantec et du groupe de consultants en génie du sol Englobe, ainsi qu’au directeur de l’urbanisme de la Ville, Steve Larose.

La première esquisse présentée utilise des matériaux plus urbains comme le bois, alors que la seconde offre plus de végétation et un parcours plus long parsemé de boucles. Dans les deux cas, le tracé d’environ 2 km débute au parc Saint-François-Xavier et se termine dans le secteur de l’avenue Mermoz. Selon les concepts, l’un propose d’installer plusieurs quais publics pour des embarcations à propulsion humaine, alors que l’autre n’en suggère que très peu.

Mécontentement

Mais peu importe les suggestions, les résidents ont de nouveau fait part de leur mécontentement face au projet dans son ensemble. Les enjeux de sécurité et d’intrusion dans la vie privée sont ceux qui ont été le plus souvent mentionnés par les propriétaires riverains.

«On se fait déjà voler nos embarcations et maintenant vous voulez faire un chemin pour mieux rentrer dans nos maisons? Est-ce que notre sécurité sera assurée?, a demandé Daniel Lavoie, sous une salve d’applaudissements. Vous n’êtes pas à l’écoute des citoyens. Laissez-nous tranquilles dans notre cours.»

Le directeur de l’urbanisme a mentionné que des patrouilleurs à vélo, habillés en uniforme ou en civil, circuleraient dans le secteur pour assurer une vigile. Aucun système d’éclairage ne sera installé pour ne pas inciter les visiteurs à circuler sur le sentier la nuit, une réponse qui n’a toutefois pas satisfait les résidents inquiets.

«J’ai acheté ma maison en bordure de l’eau plus cher parce que je voulais de la tranquillité», a mentionné Johanne Fortin, qui s’est aussi inquiétée des répercussions sur la faune.

Par ailleurs, quelques résidents ont suggéré d’aménager des quais publics aux parcs Saint-François-Xavier et Mermoz sans faire de sentier. L’animateur de la soirée Pierre Guillot-Hurtubise a indiqué que cette idée allait être notée.

Aucun élu sur place

Plusieurs citoyens ont déploré le fait qu’aucun élu de la Ville de Candiac n’ait assisté à cette soirée de consultation, ni aux deux autres tenues en juin, alors que le sujet est hautement controversé. M. Guillot-Hurtubise a affirmé qu’il s’agissait d’une assemblée d’information et que les résidents étaient invités à parler au maire à l’occasion des séances du conseil municipal. D’ailleurs, plus d’une trentaine de citoyens l’ont fait, lors de l’assemblée du 14 mai à l’hôtel de ville.

Une citoyenne qui a pris la parole le 10 octobre pour s’opposer au tracé a communiqué avec Le Reflet le lendemain afin de dénoncer le processus de consultation.

«Seuls des éléments mineurs de type plus «cosmétiques» différaient [du tracé présenté en juin]. Nous nous sommes donc tous retrouvés hier à émettre les mêmes craintes et commentaires, sans que les gens présents aient de pouvoir décisionnel», a dit Marjorie Archambault.

Un rapport de la soirée doit être remis aux élus afin qu’une décision finale soit prise quant au tracé du sentier.

Sentier de la découverte et stabilisation des berges

-Début des travaux prévu en janvier 2019;

-Construction de stationnements au parc Saint-François-Xavier

-Partie longeant la rivière de la Tortue et partie asphaltée notamment sur la rue du Maroc;

-Coût total du projet de 3,5 M$. Une subvention de 1,9 M$ a été accordée par la Communauté métropolitaine de Montréal.

-Le projet est inscrit dans le Plan directeur des parcs et espaces verts de la Ville de Candiac.

  «Vous dites que vous vous préoccupez de l’environnement, mais est-ce que vous tenez compte aussi de vos citoyens?» -Denise Bergeron, propriétaire riveraine

 

Commenter cet article

avatar