Chantal Lamarre, «une vraie de vraie Laprairienne»

Par Martine Veillette
Chantal Lamarre, «une vraie de vraie Laprairienne»

La Prairie rappelle plusieurs souvenirs d’enfance à Chantal Lamarre qui y a vécu une partie de sa vie.

Son père réside toujours dans la maison qui a appartenu à son grand-père. L’animatrice et comédienne ne réside plus la municipalité, mais y vient régulièrement.

«À La Prairie, il y avait un beau mélange de vie de banlieue et rurale, parce qu’il avait des fermes. J’allais au Collège Jean de La Mennais et on était vu de haut par ceux qui venaient de Candiac ou Brossard parce que c’était des banlieues neuves. Ils nous appelaient les colons ou les habitants parce qu’il y avait des vaches. Moi j’étais fière de ça», souligne-t-elle.

La collaboratrice de l’émission de télévision Infoman se souvient d’avoir patiné, fait du ski fond et des balades sur le fleuve Saint-Laurent l’hiver. «Le fleuve, c’était notre terrain de jeu. C’est une grande richesse», affirme celle qui réside aujourd’hui à Montréal.

Elle ajoute qu’elle aimait pouvoir tout faire à pied, que c’était paisible, tranquille et sécuritaire de vivre à La Prairie. Chantal Lamarre aime aussi le côté historique de la ville. «Une balade dans le Vieux-La Prairie, c’est beau pour mourir», affirme-t-elle.

350 ans de La Prairie

L’artiste fera rayonner les activités culturelles des fêtes des 350 ans de la municipalité. Elle se réjouit qu’on l’ait choisie comme une des ambassadrices et viendra aux activités quand son agenda lui permettra.

«J’ai trouvé ça cool qu’il me le demande», soutient-elle.

Chantal Lamarre ajoute que c’est une proposition qu’elle n’a pu refuser, mais espère que son visage ne sera pas exposé en gros dans la ville.

«Je suis une fille discrète. Je ne souhaite pas arriver à La Prairie et voir mon visage sur le boulevard Taschereau», dit-elle.

Des projets de retour en 2017

Ses deux émissions de télévision majeures, Infoman et Les dieux de la danse reviennent en 2017.

«Infoman, c’est rendu ma famille. On se fait encore rire après 17 ans», indique-t-elle.

L’animatrice ajoute qu’elle peut se permettre de ne pas être respectable, puisqu’elle sait qu’elle a reçu une belle éducation avec les frères de l’Instruction chrétienne au Collège Jean de La Mennais.

La juge aux Dieux de la danse indique qu’elle et ses acolytes se sont donné comme mission de rendre leur rôle intéressant et divertissant. «On s’est attribué des rôles et on se fait rire. Ce n’est pas vrai que Serge [Denoncourt] n’est pas fin», précise-t-elle.

En 2017, elle continuera également d’écrire des billets au deux semaines dans La Presse.

 

Plusieurs projets

Ses prochaines semaines seront bien remplies, puisque Chantal Lamarre participera à différentes émissions du temps des Fêtes.

Infoman

Comme par les années passées, Infoman prépare une revue de l’année commentée et analysée, le 31 décembre.

Radio

À titre de chroniqueuse, elle sera en onde à l’émission On n’est pas sorti de l’auberge animée par Francis Reddy, le 31 décembre, à Ici Radio-Canada première.

Les Galipeau’s

C’est avec son amie Sylvie Dumontier, connue pour personnifier Shilvi, qu’elle a créé le projet des Galipeau’s, qui sont deux chanteuses des années 60. Elles préparent deux émissions spéciales, l’une pour Noël et l’autre pour le Jour de l’an, présentées à Radio-Canada.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des