Le chauffard Anthony Angus Robertson plaide coupable

Le chauffard Anthony Angus Robertson plaide coupable

Les représentations sur sentence se tiendront le 26 novembre.

Crédit photo : Archives – Le Courrier du Sud

Délit de fuite mortel à Kahnawake

Le responsable de l’accident ayant causé la mort de deux hommes et blessé gravement trois femmes en octobre à Kahnawake, Anthony Angus Robertson, a plaidé coupable à plusieurs des 22 chefs d’accusation qui pesaient contre lui.

Négligence criminelle, conduite dangereuse et délit de fuite en sachant qu’il avait fait des victimes sont entre autres les accusations auxquelles le chauffard a plaidé coupable vendredi, au palais de justice de Longueuil.

L’accident est survenu le 28 octobre, vers 3h du matin, dans une zone de 30 km/h du boul. des Vétérans, à Kahnawake, après une soirée arrosée entre amis.

Alors que six individus se trouvaient à bord du Dodge Challenger de Robertson − qui ne compte que cinq places −, ce dernier a exigé de prendre le volant malgré les avertissements des passagers. Robertson avait préalablement bu de la vodka sur la banquette arrière.

L’accusé n’a pas cédé aux conseils de ses amis, soulignant qu’il avait de la famille dans les Peacekeepers de la réserve.

Après de nombreuses infractions au Code de la sécurité routière et une conduite erratique, les amis de l’homme, âgé de 22 ans au moment des faits, lui ont demandé de ralentir et de se garer afin qu’ils puissent descendre de la voiture.

L’accusé a alors perdu le contrôle de son Challenger qui a percuté deux véhicules et un bâtiment avant de prendre feu. D’après un témoin, Robertson a tenté d’aider une des victimes avant de rapidement quitter les lieux. Il a été arrêté chez ses parents vers 5h.

Des proches des victimes étaient en pleurs dans la salle lors de la lecture du plaidoyer de culpabilité.

Lors des événements, Anthony Angus Robertson a brisé ses conditions de garder la paix provenant de dossiers antérieurs.

La confection d’un rapport Gladue, qui avise les cours inférieures de prendre en compte les origines d’un contrevenant autochtone et de passer des jugements en conséquence, aiguillera les avocates dans les suggestions de sentence qu’elles soumettront au juge Marco Labrie le 26 novembre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar