Cinq conseillers quittent le parti du maire de Châteauguay

Cinq conseillers quittent le parti du maire de Châteauguay
Eric Corbeil, district 3 - De Robutel, Mike Gendron, district 6 - de Lang, Eric Allard, district 7 - de Le Moyne, Lucie Laberge, district 4 - de Bumbray et Barry Doyle, district 1 - de La Noue (Photo : Gracieuseté)

Cinq conseillers municipaux ont annoncé lundi matin qu’ils quittaient le parti du maire Pierre-Paul Routhier, Vision Châteauguay.

Dans un communiqué commun, Lucie Laberge (district 4), Barry Doyle (district 1), Eric Corbeil (district 3), Mike Gendron (district 6) et Eric Allard (district 7)  précisent qu’ils se dissocient du chef du parti et qu’ils se rallient ensemble. Ils précisent que chacun a informé le maire par lettre.

Les conseillers indiquent que  « le bris du lien de confiance et le type de leadership pratiqué par la maire ne correspondent pas aux valeurs qu’ils préconisent ».

« Bousculés »

Porte-parole du groupe, le conseiller Éric Corbeil a précisé en entrevue au Soleil de Châteauguay ce que lui et ses collègues reprochent au maire. « On est bousculés pour prendre un tas de décisions. Ça va de la place publique, à la signalétique en passant par le camp de jour. C’est vraiment général. Ça ne change pas », a-t-il soutenu.

« Quand il y a un projet sur la table, il faut prendre une décision en quelques minutes. On peut avoir 15 minutes pour s’exprimer. À huit, c’est très peu. Les dossiers sont garrochés », a dit M. Corbeil.

Projets remis en question

Des projets qui étaient en route pourrait être affectés, a confirmé Éric Corbeil. Précisant qu’il s’agissait d’une position personnelle, il a fait part qu’il voulait rediscuter du projet de signalétique pour lequel un règlement d’emprunt de 2,5 M $ a été adopté.

Nouveau parti ?

Est-ce que les cinq vont fonder un nouveau parti politique municipal ? « Ce n’est pas décidé », a répondu à cette question le conseiller Corbeil.

Les cinq  confirment qu’ils continueront de siéger au conseil municipal de la Ville de Châteauguay « de façon transparente et intègre pour le bien des citoyens de leur quartier respectif et des citoyens de l’ensemble de la ville ».

Les conseillers soutiennent que les relations avec les trois autres conseillers municipaux sont » très bonnes » et que les discussions entre eux sont « très constructives et positives pour la Ville ».

Élu sous la bannière de Vision Châteauguay, le conseiller Marcel Deschamps a été le premier à s’en dissocier, en juillet 2019.

« Je n’ai pas été élu pour mettre de côté la qualité de vie des citoyens et je pense que M. Routhier est loin des citoyens », avait-il justifié à l’époque.

Le maire Routhier réagit

La décision de cinq conseillers municipaux de Châteauguay de quitter son parti politique n’a pas le même impact que s’il s’agissait du provincial ou du fédéral, laisse entendre le maire Pierre-Paul Routhier.

« Au niveau municipal, il n’y a pas de ligne de parti. Chacun peut voter comme il le veut. Chacun peut voter différemment. Ça leur appartient », a affirmé le premier magistrat, invité par Le Soleil de Châteauguay à commenter l’annonce des cinq élus. « Ce que j’espère, c’est qu’il n’y aura pas de vote au détriment de la Ville », a observé Pierre-Paul Routhier. Il a cependant exprimé sa confiance envers ses collègues. « Je suis quand même heureux de la table du conseil. Ce sont des gens intelligents capables de faire des raisonnements », a-t-il affirmé.

Affirmations réfutées

Le maire Routhier a rejeté les affirmations du conseiller Corbeil à l’effet qu’il laisse peu de temps aux conseillers pour discuter des dossiers. « Je réfute ça certain. Ils sont en mesure de demander tous les délais possibles tout le temps », a-t-il soutenu.

Concernant, par exemple, le dossier de la signalétique pointé du doigt par Éric Corbeil, Pierre-Paul Routhier a fait valoir que le travail durait depuis plusieurs semaines et se poursuivait, bien que le conseil ait adopté un règlement d’emprunt de 2,5M $ pour le concrétiser. « Ça fait des mois que le dossier de la signalétique est sur la table. On a fait faire des recherches, on a choisi certains modèles, a détaillé le maire. De faire le règlement d’emprunt, ça n’oblige à rien. »

La signalétique comprend des enseignes et des panneaux pour identifier les lieux de la ville, dont des panneaux électroniques. De telles affiches numériques seraient utiles, par exemple, en cette période de pandémie, a justifié Pierre-Paul Routhier.

Le maire n’a pas apprécié la sortie des cinq élus. « Je suis un peu déçu qu’ils soient allés sur la place publique », a-t-il affirmé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des