De bons moments au Théâtre des Cascades avec Zaza d’abord !

De bons moments au Théâtre des Cascades avec Zaza d’abord !

Le jeu des comédiens et l’enrobage scénique font de Zaza d’abord ! un spectacle fort divertissant.

Crédit photo : Julie Gauthier

On peut dire que le Théâtre des Cascades a eu une idée de génie cette année en reprenant la pièce Zaza d’abord !, avec une équipe de comédiens allumés, dans une mise en scène réglée à la seconde près.
Dans un texte signé par Sophie Clément et Marcel Leboeuf, Zaza d’abord ! raconte l’histoire d’un triangle amoureux tournant autour de Zaza (Marie-Ève Trudel), la fille du baryton de réputation internationale Octave Chanteclair (Roger Léger).
Celui-ci a invité à la maison le Maestro Youri Toutaoff (Stéphane Breton) dans l’espoir de chanter à l’Opéra de Moscou. Toutefois, son homme de ménage Théo (Joachim Tanguay), tout comme le Maestro Toutaoff, ont tous deux le béguin pour Zaza. Le jeune homme pourra toutefois compter sur l’aide du génie Babanou (Josée Deschênes) sorti d’un vase pour l’aider à conquérir Zaza.

La mise en scène signée par Michel-Maxime Legault, de Saint-Polycarpe, se montre parfois très physique. (Photo Julie Gauthier)

Le jeu des comédiens est notamment à souligner, notamment Josée Deschênes dans le rôle du génie Babanou, dont l’accent oriental se mêle à des expressions bien d’ici et qui incite son maître à se montrer plus entreprenant envers Zaza. Ce dernier, interprété par le jeune Joachim Tanguay, tire également très bien son épingle du jeu dans une interprétation qui fait appel à sa forme physique.
L’insistant Toutaoff (Stéphane Breton) avec son fort accent russe, ne sera finalement pas celui qu’on croyait. Zaza (Marie-Ève Trudel) joue bien la jeune femme courtisée de toutes parts et désireuse de se détacher de l’emprise de père, celui-ci interprété brillamment par Roger Léger.

Le Maestro Youri Toutaoff (Stéphane Breton) sait se montrer insistant auprès de Zaza (Marie-Ève Trudel). (Photo Julie Gauthier)

L’intrigue trouve néanmoins toute sa drôlerie dans la mise en scène signée Michel-Maxime Legault, qui a été très bien inspiré par les possibilités que lui permettait le génie Babanou. Le tout se déroule, notamment dans la seconde partie du spectacle, dans des scènes faisant appel à des jeux de lumière, des incursions sonores et même un duel à l’escrime.
La pièce Zaza d’abord ! suscite de très bonnes réactions, au point où cinq dates supplémentaires ont été ajoutées pour les 16, 17, 18, 24 et 25 août. Des forfaits souper-théâtre sont toujours au menu, avec le buffet servi par le restaurant Sunny’s. Information au www.theatredescascades.com.

Commenter cet article

avatar