Des affiches électorales en infraction

Des affiches électorales en infraction

Plusieurs semaines après les élections provinciales du 1er octobre, il reste quelques affiches électorales sur le territoire. La loi électorale prévoit pourtant qu’elles devaient être retirées au plus tard 15 jours après le jour du scrutin.

Une brève tournée du Reflet a permis d’en voir trois, dont deux à Delson sur des lampadaires différents de la rue Principale Sud, à l’intersection de la route 132.

À cet endroit, on y trouve une pancarte électorale du Parti québécois pour mousser le tram-express, puis celle du candidat du NPD-Québec Boukare Tall. Une autre pancarte de ce dernier est aussi visible sur le boulevard Jean-Leman, à l’intersection de la bretelle de l’autoroute 30 Sud.

À défaut qu’une pancarte ait été enlevée dans les délais requis, la municipalité ou le propriétaire du poteau sur lequel elle se trouve «peut la faire enlever aux frais du parti ou du candidat», prévoit l’article 259.8 de la loi électorale.

La Ville ou le propriétaire doivent cependant avoir au préalable transmis un avis de cinq jours au parti ou au candidat.

«L’avis doit indiquer les endroits où des affiches doivent être enlevées. Si la municipalité ou le propriétaire a dû procéder à l’enlèvement d’affiches aux frais du parti, du candidat ou de l’intervenant particulier, la facture doit indiquer le lieu et la date où il a procédé à l’enlèvement», prévoit aussi la loi.

Bukare ou Boukare ?

À noter que Le Reflet a remarqué que le prénom Bukare a été inscrit sur les affiches du candidat local du NPD, ce qui diffère de son enregistrement au Directeur général des élections.

 

 

1
Commenter cet article

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mathieu Paquette Recent comment authors
Mathieu Paquette
Invité
Mathieu Paquette

Celle du Parti Québécois est un oubli. Nous allons la retirer d’ici la fin de semaine.