Des élèves d’une école de la région donnent leurs jouets

Des élèves d’une école de la région donnent leurs jouets

Maxim Mongeau et Anis Djouder

Crédit photo : Andrew Clark

Les élèves de l’école primaire Saint-Joseph à Mercier ont contribué à une grande collecte de jouets destinés à des enfants défavorisés. La classe de 6e année de Julie Cadieux a initié le mouvement de générosité. Sa collègue Léa Dumont qui enseigne aussi en 6e a mobilisé son groupe pour faire la collecte, trier et nettoyer les jouets. Julie Cadieux a accordé une entrevue au Soleil de Châteauguay. Voici ses réponses aux questions du journal.

« Le plus beau cadeau que l’on puisse recevoir est le sourire d’un enfant heureux.»

Q: Qui a eu l’idée de cette collecte ?

R «Nous avons amorcé notre année en faisant un réseau littéraire regroupant des albums qui traitent de différentes problématiques sociales (pauvreté, pollution, guerre, maladie, vieillesse, déforestation, etc.). Pour chaque album lu, les élèves devaient répondre aux questions suivantes: quelle est la problématique de cet album, quelle est la morale de l’histoire, qu’est-ce que la lecture de cet album changera dans ta vie? Puis, nous avons conclu ce réseau en lisant un album intitulé: Et si on redessinait le monde, de Daniel Picouly et Nathalie Novi. Suite à ce réseau, j’ai demandé aux élèves: “Est-ce possible à 11-12 ans de changer le monde?” Les élèves ont d’abord répondu: “Non”. Je leur ai donc demandé: ” Avons-nous besoin de faire de grandes choses pour changer de monde?” Un élève a répondu que de petits gestes simples pouvaient aider à changer les choses. C’est à ce moment que les élèves ont partagé leurs idées de petits gestes à poser pour changer le monde. Certains souhaitaient aider les enfants malades en allant les visiter à l’hôpital, d’autres ont proposé ramasser des déchets dans la cour, quelques-uns voulaient visiter des personnes âgées, d’autres voulaient faire du bénévolat à Entraide Mercier, et en cherchant une idée pour aider les enfants c’est là qu’est venue celle de la collecte de jouets. »

Q   Est-ce une première ?

R   «Oui.»

Q   Quel genre de jouets ont été offerts ?

R   «Nous avons reçu de tout, pour tous les âges (de 0 à 12 ans): toutous, camions, jouets pour bébé, jeux de société, des livres, des casse-têtes, des jeux de construction, etc.»

Q  Serait-ce possible de nous raconter l’histoire de 3 ou 4 jouets donnés ?

R   «Le frère d’une élève, le petit Charles, a offert son livre de bain préféré lorsqu’il était petit. Le petit Étienne, 2 ans, fils de madame Julie, enseignante de 6e année, a donné un camion de pompier, le jaune, pas le rouge! Il ne voulait pas mais par la suite, il lui apportait tous ses jouets un par un en lui disant: “Tiens maman, c’est pour les amis!”. Une autre élève de 6e année, Rebecca, a apporté des Barbies. C’est sa grand-mère qui lui a offertes, elle les collectionne, c’est une tradition familiale. À chaque Noël, quelqu’un de la famille lui en offre une. Rebecca a accepté de partager avec les enfants dans le besoin certaines Barbies offertes par sa grand-mère, elle en avait beaucoup. Lyna, aussi en 6e, a apporté des figurines de monstres, qui lui avaient été offertes par sa cousine, qui elle, les avaient reçues de son autre cousine. »

Q   Qu’est-ce que ça représente pour les enfants de donner leurs jouets ?

R   «Pour certains élèves, c’est très difficile de donner. Lorsque les élèves de 6e année ont fait leur campagne de sensibilisation dans toutes les classes de l’école afin d’encourager les élèves à donner et participer à la collecte, une petite fille du préscolaire a pleuré, elle ne voulait pas donner ses jouets! Les grands lui ont alors répondu qu’elle n’était pas obligée, mais que cela pouvait donner le sourire aux enfants à Noël.

Maude, 2e année, avait perdu des Legos sous son lit, lorsqu’elle les a retrouvés, c’est ce qu’elle a décidé de donner.

Rebecca, une élève qui participe au projet, a convaincu sa petite sœur de donner son jeu de Princesse Sophia avec lequel elle ne jouait plus depuis longtemps. Bianca l’a donné, un peu malgré elle, mais elle l’a donné! Sa sœur l’a convaincue! Elle lui a dit:”Toi est-ce que tu es contente lorsque tu reçois des cadeaux à Noël?”, sa sœur lui a répondu oui. “Eh bien, certains enfants n’ont pas la chance de recevoir de surprises à Noël et de manger un bon repas. Imagine si tu étais à leur place…”

Q   Et pour les grands de 6e de jouer au lutins du père Noël ?

R   «Frédérique me dit: «C’est beau de faire cela, on peut voir la générosité des gens. Après on va voir les enfants sourire.» Elle aime voir toutes les boîtes au fond de la classe, ça démontre que les enfants sont capables d’être généreux et d’être impliqués. »

Zoé a trouvé une image sur Internet et elle me la cite: ” Le plus beau cadeau que l’on puisse recevoir est le sourire d’un enfant heureux.” ça en dit beaucoup sur ce que les enfants ont compris des gestes qu’ils sont en train de poser. »

Reconnaissance d’Entraide Mercier  

Les dons des élèves sont remis à Entraide Mercier. «C’est un très beau geste qui entre dans nos objectifs de favoriser le partage au sein de la communauté. Je félicite les écoles et les professeurs de prendre le temps d’inculquer aux jeunes l’importance de s’impliquer dans la communauté. Nous sommes heureux d’être partie prenante du processus. Au dernier décompte, plus de 800 jeux et jouets ont été amassés à l’école St-Joseph. Je salue d’ailleurs le travail de la professeur Julie Cadieux et de sa classe», apprécie Anik Sauvé, directrice de l’organisme. Les jouets seront placés dans des paniers de Noël destinés à des gens de Mercier et Sainte-Martine.

«Depuis de nombreuses années, Entraide Mercier s’assure de fournir des jouets à plus d’une centaine d’enfants de moins de 12 ans dont les parents reçoivent un panier de Noël pour les localités de Mercier et Sainte-Martine. Les jeux et jouets neufs ou presque neufs reçus sont distribués dans les paniers de Noël, fait part Mme Sauvé. Lorsque nous n’en recevons pas suffisamment , nous procédons à l’achat de jouets. L’an dernier, nous avons dépensé environs 600$ pour l’achat de jouets.»

Outre l’école Saint-Joseph, d’autres milieux éducatifs épaulent Entraide Mercier. «L’école St-René de Mercier a également organisé une collecte de denrées et de jouets. Les élèves de la classe de Mme Anick Couture ont également préparé des cartes de souhaits pour les paniers de Noël. L’école des Bons vents a initié un projet de tricot. Les tuques et cache-cou tricotés par les élèves seront également distribués dans les paniers de Noël. Le CPE patachou organise également une collecte de jouets neufs qui seront remis dans les paniers de Noël», détaille Anik Sauvé.

Commenter cet article

avatar