Deux décès liés à la COVID-19 à la Résidence la marguerite à Saint-Mathieu ?

Par Hélène Gingras
Deux décès liés à la COVID-19 à la Résidence la marguerite à Saint-Mathieu ?
La Résidence la marguerite à Saint-Mathieu possède 16 chambres pour accueillir des résidents. (Photo : Le Reflet - Hélène Gingras)

La propriétaire de la Résidence la marguerite à Saint-Mathieu, qui accueille des personnes autonomes ou semi-autonomes, affirme que deux décès liés à la COVID-19 sont survenus à la fin avril. 

Un patient qui revenait de l’hôpital aurait propagé le virus dans la résidence de la rue Principale, entrainant la mort de deux personnes, explique Niancilla Nikuze. La propagation aurait touché six autres résidents qui sont aujourd’hui guéris, dit-elle.

Mme Nikuze a accepté de parler au Reflet après que le Journal l’eut informée que la liste officielle du ministère de la Santé, mise à jour à plusieurs reprises depuis une semaine, faisait état de plusieurs cas positifs et confirmés ainsi que cinq décès à sa résidence de 16 chambres. Selon la plus récente, datée du 20 mai, il y aurait 7 cas positifs et cinq décès à cet endroit.

«Ils publient des bêtises et ça fait peur au monde. Je les ai appelés parce que j’aimerais que les erreurs soient corrigées», a-t-elle confié.

Mme Nikuze comprend d’autant moins la situation qu’elle doit remplir et transmettre au Centre de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest (CISSSMO) un questionnaire quotidien de la situation à sa résidence.

Des erreurs

Au cours des derniers jours, le ministère a reconnu «qu’il y a actuellement des incohérences dans la collection des données». Robert Maranda, responsable des relations avec les médias, a référé le Journal au CISSSMO. À son tour, ce dernier nous a référés à la Direction de la santé publique de la Montérégie, puisque c’est elle qui comptabilise le nombre de personnes atteintes du coronavirus ou décédées dans les CHSLD et résidences privées pour aînés.

«Nos équipes sont mises à contribution pour identifier les erreurs quotidiennes avec les responsable de la collecte des données afin de régler la situation dans les meilleurs délais», a toutefois précisé Jade St-Jean, responsable des communications au CISSMO.

Le Reflet n’a pas encore eu de réponse de la Direction de la santé publique de la Montérégie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des