Deuxième demi-journée de piquetage au Collège Jean de la Mennais

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Deuxième demi-journée de piquetage au Collège Jean de la Mennais
(Photo : Le Reflet - Denis Germain)

Les professeurs du Collège Jean de la Mennais à La Prairie ont repris pancartes et drapeaux une deuxième journée consécutive, le mercredi 12 juin, pour manifester devant l’établissement du chemin de Saint-Jean afin de protester dans le cadre des négociations avec leur employeur. 

Dans une démarche similaire à celle orchestrée hier par le Syndicat des enseignants et enseignantes du Collège, les membres ont quitté leurs classes à 13h50 pour faire le piquet de grève à l’extérieur. Par voie de communiqué, le président du syndicat, Mathieu Boutin, a indiqué que c’est particulièrement le point sur la tâche éducative qui achoppe.

«À titre d’exemple, alors que nous demandons une réduction de la tâche éducative au secondaire de 2 heures par cycle pour être en mesure de mieux encadrer les élèves dans leurs apprentissages, on nous propose de réduire cette tâche de plus ou moins 15 minutes, soit une réduction de moins de 2 minutes par jour de travail la première année et de moins de 38 secondes supplémentaires par jour de travail, les années subséquentes», affirme-t-il.

Le syndicat estime que ces deux heures sont l’équivalent d’avoir un groupe d’élèves de plus «avec ce que ça comporte sur le plan de la préparation des cours et des examens, de la correction du suivi et du soutien aux élèves», fait-il valoir.

Une prochaine rencontre de négociations doit se tenir demain.

 

Partager cet article

9
Laisser un commentaire

avatar
7 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
8 Comment authors
AnonymousAnonymeAnonymejohn wickjOhN WiCk Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
*Anonyme*
Guest
*Anonyme*

Comme tous les élèves s’y attendaient, il y avait une autre grève aujourd’hui. La direction a séparé les groupes, et ont pris les présences. Mais, dès qu’on a annoncé qu’il y avait une autre grève, plus de la moitié des élèves se sont déjà sauvés. Par contre, c’était beaucoup plus facile de quitté l’école aujourd’hui avec l’autorisation des parents. Les élèves étaient plus préparés.
-un élève du Collège

Anonyme
Guest
Anonyme

Tous les élèves ont du se sauver vu que les directeurs et les surveillants de l’école ont bloquer toutes les portes de sorties. Les directeurs réclamaient qu’ils n’allaient pas enfermer les élèves mais toutes les portes étaient barrées.

Anonyme
Guest
Anonyme

*Et certains surveillants ont retenus des élèves physiquement pour les empêcher de parir

mystère
Guest
mystère

Tout le monde se comportait comme des sauvages. L’école JDLM a essayé de barrer les portes, sans succès étant donné qu’on est tout parti

trackback

[…] Les professeurs du Collège Jean de la Mennais ont tenu deux demi-journées de grève consécutives … […]

john wick
Guest
john wick

trois mon enfant

jOhN WiCk
Guest
jOhN WiCk

L’école est maintenant comparable à une jungle. Les élèves s’échappent, tout le monde cri et on lance des ordures dans l’air . Même les autres écoles sont en train de rire!

Anonyme
Guest
Anonyme

Je vous suggère de lire en complément, l’article qu’une enseignante de maths a écrit sur La Presse+ aujourd’hui. Vous comprendrez que les demandes de ces enseignants sont exagérées. Vive les enfants-rois qui sont maintenant devenus adultes et qu’ils veulent le beurre et l’argent du beurre! Qui pensez-vous paiera pour ces demandes? Hé bien oui, nous parents qui pour plusieurs avons décidé d’envoyer nos enfants dans une école privée en pensant que c’était le meilleur choix mais qui souvent se sacrifient pour les envoyer dans ce Collège. N’OUBLIEZ PAS UNE CHOSE CHERS ENSEIGNANTS…. C’EST GRÂCE À NOUS, PAYEURS, QUE VOUS AVEZ… Lire la suite »

Anonymous
Guest
Anonymous

L’école entière est ridiculisée, les élèves quittaient l’école avec ou sans permission, puisque l’autre option était de rester coincé dans des gymnases pendant plusieurs heures d’affilé. On entendait dans les corridors des surveillants disant des choses du genre « Il faudra empêcher les élèves de s’enfuir » ou encore « il faudra barrer les portes pour que les élèvent ne partent pas ». C’était tout bonnement ridicule et cela n’a que ternit la réputation d’un collège autrement très réputé pour sa qualité d’enseignement.