Un fort digne de La guerre des tuques

Un fort digne de La guerre des tuques

Jonathan Sénécal, Sébastien Bachand et leurs enfants trônent au sommet de leur fort.

Crédit photo : Le Reflet - Denis Germain

Sur la rue Longtin à Saint-Constant se dresse un imposant fort de neige qui rendrait jaloux les personnages de La guerre des tuques. Derrière cette immense structure se cache le travail de deux pères qui ont gardé leur cœur d’enfant.

Depuis le début du mois de janvier, Sébastien Bachand et Jonathan Sénécal coupent des blocs de neige à la scie, puis les assemblent. Chaque bordée de neige leur fournit du nouveau matériel pour laisser aller leur créativité.

«Je fais des forts chaque année, mais c’est la première fois qu’il est aussi gros. Je suis resté un gamin!» s’exclame en riant M. Bachand, pendant qu’il assemble de nouveaux blocs à l’entrée.

Derrière l’immense palissade, qui atteint presque le balcon du 2e étage du duplex, les enfants des deux couples prennent leur luge et descendent à toute vitesse la pente façonnée dans la neige.

«C’est vraiment cool parce qu’on joue dehors, le matin, le midi et le soir!» lance Mya entre deux descentes.

«Et parfois, c’est nous, les adultes, qui s’amusons, enchaîne M. Bachand. On embarque dans le traîneau et on rit comme des malades!»

Les deux papas sont des amis d’enfance et d’anciens voisins. Ils n’en sont pas à leur première construction.

«Dans le temps, on vidait la neige de tous les terrains de la rue», raconte M. Bachand. Quand tu passais devant chez nous, il n’y avait pas une trace de neige parce que tout était dans la cour pour nos structures.»

«On s’est retrouvé il y a trois ans et on a recommencé à faire des forts ensemble, mais aujourd’hui pour nos enfants», ajoute M. Sénécal.

Attirer l’attention

Dans le quartier, le fort ne passe pas inaperçu et attire l’attention des voisins et passants qui s’arrêtent pour féliciter les deux papas. C’était encore le cas lorsque Le Reflet les a rencontrés le 17 janvier.

«C’est débile! Vous êtes vraiment chanceux les enfants!» s’est exclamé un automobiliste.

«On reçoit ce genre de commentaire tous les jours, mentionne M. Sénécal. Les gens prennent des photos. Plusieurs jeunes du quartier viennent jouer avec nos enfants aussi.»

Un 2e fort

L’agrandissement du fort n’aura de limite que la quantité de neige qui tombera dans les prochains jours.

«J’ai demandé au déneigeur qui nettoie le stationnement de la résidence pour aînés à côté de souffler la neige sur mon terrain, explique M. Bachand. Les voisins aussi n’ont pas de neige sur leur terrain parce qu’ils l’envoient sur le mien.»

Les deux papas voient encore plus grand pour le reste de l’hiver. Ils aimeraient notamment construire un 2e fort à côté de celui déjà érigé.

«La prochaine Guerre des tuques se passera ici!» assure M. Bachand.

«Plutôt que d’aller jouer au parc, nous avons amené le parc à la maison. Ça faisait bouger les enfants et ça les tient loin des écrans.» -Sébastien Bachand

Une glissade à l’intérieur du fort à Saint-Constant. (Photo Le Reflet – Denis Germain)

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar