Actualités

Golf Candiac : le Regroupement des résidents réclame un parc urbain

jeudi le 31 octobre 2019
Modifié à 13 h 45 min le 01 novembre 2019
Par Hélène Gingras
Le Regroupement des résidents de Candiac (RRC) opposé à tout développement urbain sur le terrain de golf de Candiac persiste et signe; il souhaite que la Ville en devienne propriétaire et qu’elle y aménage un parc urbain. «Si c’est la volonté des citoyens, la Ville devra se positionner. La Ville a suffisamment de ressources pour le faire», affirme Yves Couturier, président du RRC. Ce dernier est d’autant plus confiant qu’il dit sentir un appui populaire. La presque totalité des 250 personnes réunies pour le dévoilement du projet du RRC, le 28 octobre, se sont montrées favorables à l’idée que la Ville mette en place une «réserve à des fins publiques», le temps de «permettre une réflexion approfondie d’un projet de parc urbain, en collaboration avec la communauté», dit-il. En d’autres mots, le promoteur ne pourrait rien faire sur son terrain avant le feu vert de la Ville. «La réaction des citoyens est très bonne. Ils ne comprennent pas que la Ville ne veuille pas l’acheter», ajoute celui qui avait animé une autre rencontre d’opposition, il y a quelques semaines.
«Notre constat de cette deuxième rencontre citoyenne est que la mobilisation ne s’essouffle pas. Au contraire!» -Yves Couturier, président du Regroupement des résidents de Candiac
Un parc à vocations multiples Sentiers pédestres, centre d’interprétation, jardins ornementaux et agriculture urbaine avec des services municipaux comme un complexe nautique; le parc urbain imaginé par le RRC se veut récréatif et éducatif. Le projet a été présenté au maire Normand Dyotte et à deux conseillers municipaux, le 18 octobre. La Ville a pris connaissance de l’idée et l'a soumise au conseil municipal. Par le passé, le maire a cependant déjà dit que la Ville n’avait aucune intention d’acheter cet ancien terrain de golf. Requestionnée à ce sujet, la Municipalité a affirmé que sa position n’a pas changé. «Ça faisait cinq ans qu’il était à vendre. Si la Ville l’avait voulu, elle l’aurait acheté avant», déclare pour sa part le promoteur Maryo Lamothe, du Groupe Maison Candiac, qui vient d’acquérir le terrain au coût de plusieurs millions de dollars. «Ça faisait cinq ans qu’il était à vendre. Si la Ville l’avait voulu, elle l’aurait acheté avant», dit-il. Le Groupe Maison Candiac planche sur un projet domiciliaire qui permettrait de préserver les lacs, la majorité des arbres, ainsi que plusieurs espaces verts. Or, le zonage actuel ne permet aucun développement domiciliaire, puisque le terrain est zoné récréatif. La Ville s’est engagée à respecter ce zonage, à moins d’une volonté populaire de le modifier. Campagne de sociofinancement Le Regroupement des résidents de Candiac a entrepris une campagne de sociofinancement dans le but de protéger le site du Club de golf de Candiac de tout développement immobilier, le 1 er octobre. «Bien que la majorité du travail en ce sens se fait de manière bénévole, certaines expertises sont nécessaires, notamment en urbanisme et dans le domaine de la recherche, et requièrent un investissement, indique l’organisme dans sa campagne Go found me (Protégeons le plus grand espace vert de Candiac). La somme amassée sera entièrement remise à la communauté en cohérence avec notre seul et unique objectif: protéger le plus grand espace vert de Candiac.» En date du 31 octobre, 1 500$ avaient été recueillis sur un objectif de 20 000$. À lire aussi: Terrain de golf : La Ville répond à cinq questions Lettre ouverte pour la sauvegarde du Club de golf Candiac «Ça va rester zoné récréatif», si c'est le souhait de la population

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous