Grève des grutiers sur le chantier du pont Champlain

Grève des grutiers sur le chantier du pont Champlain

Michael Fergeron soutient que le ministère de l’Infrastructure aurait tardé à remplacer la structure désuète de l’actuel pont Champlain, engendrant des dépenses de près d’un demi-milliard de dollars.

Crédit photo : Le Reflet - Denis Germain

Les grutiers du chantier du nouveau Pont Champlain ont déclenché jeudi matin une grève illégale, paralysant en partie les opérations.

Les opérateurs de grues protestent contre les nouvelles règles touchant les formations, entrées en vigueur le 14 mai, qui permettent notamment aux travailleurs qui n’ont pas de diplôme d’études professionnelles de grutier de manœuvrer des petits camions-flèches boom trucks. Selon les syndicats, ces nouvelles mesures risquent notamment d’accroître le nombre d’accidents.

Le 2 juin, ils avaient amorcé des moyens de pression, en refusant de se présenter sur le chantier, tous les quarts de travail de fin de semaine étant considérés comme des heures supplémentaires. Les grutiers avaient plutôt manifesté au centre-ville de Montréal.

Rappelons que l’ouverture de la nouvelle structure, initialement prévue le 1er décembre, a été repoussée au 21 décembre. SSL a annoncé l’ajout de nouvelles ressources et l’utilisation de nouvelles méthodes de construction pour accélérer l’achèvement du projet, entraînant un dépassement de coûts de 235 M$. Le budget s’élevait initialement à 4,2 G$.

Des accusations pourraient être déposées contre les individus impliqués dans le débrayage. Les travailleurs et les organisations syndicales impliqués s’exposent à des amendes qui pourraient atteindre 80 000$ par jour.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar