Hypocrisie du système scolaire ou Quand l’école publique s’improvise privée

Comme pour bien des parents, c’était la rentrée des classes en septembre. Un de mes enfants fréquente maintenant l’école secondaire. Comme dans toute bonne démocratie bien ancrée, l’école publique et non privée impose le port de l’uniforme, un uniforme où la collection est unique à l’école et que nous devons acheter auprès d’un unique fournisseur. Diminution de l’écart des classes sociales, «made in Quebec», moins de taxage; toutes les raisons sont bonnes afin de nous faire avaler cette dépense onéreuse.

Dernièrement, nous avons reçu la liste des activités de l’école. Le coût des activités, sans compter le voyage organisé au Costa Rica (2900$, sans possibilité de financement), m’a sidéré! L’école ose clamer que le port de l’uniforme diminue l’écart entre les classes sociales et on nous présente des activités qui, évidemment, ne sont pas à la portée de toutes les bourses et qui, comme le voyage, ne ciblent qu’une certaine élite.

Il ne faut pas passer sous silence la journée de ski à Jay Peak. Pourquoi choisir une station de ski aux États-Unis, quant au Québec nous avons énormément de montagnes?

L’école aime promouvoir son uniforme qu’il est «made in Quebec», mais pour ce qui est de faire du ski, l’école choisit de donner son argent à nos voisins du Sud. Belle logique! En passant, concernant l’uniforme «made in Quebec» qui est tant vanté par l’école, comment se fait-il que nous retrouvons une pièce de vêtement «made in Haïti»?

C’est désolant de voir qu’au 21e siècle, certaines classes sociales sont encore écartées, et ce, à l’école même. L’école peut bien scander haut et fort, afin de justifier le port de l’uniforme, que ce dernier réduit les écarts entre les classes sociales. Quelle belle hypocrisie! Très belle leçon de vie à donner à nos jeunes: Ayez de l’argent et vous pouvez faire des choses cool, tandis que les autres vous prenez votre trou. Est-ce cela qui renforce ce lieu d’appartenance si ardemment mis de l’avant grâce à l’uniforme?

Suis-je le seul à s’indigner devant une telle fourberie? Si nous envoyons nos enfants à l’école publique, il y a une raison… Financièrement, nous ne pouvons les envoyer au privé! Mais quand les écoles publiques s’amusent à calquer les écoles privées, c’est alors la classe moyenne et les moins nantis qui en prennent encore le coup. Que l’enfant porte un uniforme ou pas, cela ne changera en rien la situation.

Je me demande à qui bénéficient vraiment ces activités en question et j’inclus le voyage. Est-ce vraiment aux élèves? Aux professeurs? Et cet uniforme, n’est-ce pas plutôt une sale façon de contrôler l’image de l’école en l’utilisant comme œillère à la réalité qui touche certaines familles.

Sébastien Guimond,

Saint-Constant

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des