Juges aux feux d’artifice de La Ronde

Juges aux feux d’artifice de La Ronde

Des firmes de réputation mondiale représentent leur pays durant l’International des Feux Loto-Québec

Comme jurés à l’International des Feux Loto-Québec de Montréal, Brigitte Reynaud et Yannick Riendeau doivent se laisser guider par autre chose que leur émotivité pour noter les six spectacles du programme de La Ronde.

La pyrotechnie est un art. À l’International des Feux Loto-Québec, un jury de 19 membres, de 18 à 65 ans, doit analyser chaque pays en fonction de critères bien précis.

Il y a bien une section pour le «ressenti», mais c’est surtout la technique qui prime.

«On doit évaluer la complexité des pièces, des couleurs, de la luminosité, l’utilisation de l’espace, la synchronisation avec la bande sonore, etc.» explique M. Riendeau.

«La bombe bleue est la plus difficile à obtenir, indique Mme Reynaud. Si des artificiers réussissent à mettre beaucoup de bleu, c’est qu’ils sont très bons. C’est le genre de détails auxquels on doit porter attention.»

Pour donner une appréciation juste, les évaluateurs ont suivi une formation d’une journée en compagnie du directeur technique d’une des plus prestigieuses compétitions de feux d’artifice.

«Il nous fait visiter le site et nous explique le fonctionnement des pièces, ajoute Mme Reynaud. On fait ensuite une simulation d’évaluation en regardant une vidéo pour savoir de quelle façon on juge telle ou telle chose.»

Durant les représentations, les deux analystes bénévoles sont installés dans la section argent des gradins de La Ronde pour admirer les feux qui illuminent le ciel.

Une passion

Originaire de France, Mme Reynaud demeurait à proximité d’un village où un célèbre artificier fabriquait son matériel.

«Je ne me souviens plus de son nom, mais cela a éveillé une fascination chez moi très jeune, dit-elle. Je suis arrivée au Québec en 2006 et je ne manque jamais une représentation des feux.»

L’employée du réseau de la santé se sent très choyée d’avoir été choisie comme jurée.

Yannick Riendeau, un autre assidu des feux, a eu la piqûre grâce à sa copine.

«Ma blonde a été juge en 2011 et m’a donné envie de m’inscrire, explique l’universitaire de 24 ans. Depuis huit ans, je viens voir tous les feux et de regarder ça plus sérieusement, c’est vraiment une expérience extraordinaire.»

31 ans d’existence
Le Concours international d’art pyrotechnique de Montréal, connu sous le nom de l’International des Feux Loto-Québec, a vu le jour en 1985 à La Ronde, un parc d’attractions créé lors de l’Exposition universelle de 1967. Dès la première année, le concours a connu un succès monstre. Les soirs de feux d’artifice, La Ronde était pleine à craquer. Plus de 5,7 millions de personnes se sont déplacées pour assister à cette grande première, et il s’agit toujours d’un record absolu au Canada pour ce type d’événement. Devant un tel succès, le concours a été répété l’année suivante. Depuis, ce festival revient chaque été. (Source: www.sixflags.com)

1
Commenter cet article

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Une Constantine juge à l’International des feux Loto-Québec - Le Reflet Recent comment authors
trackback
Une Constantine juge à l’International des feux Loto-Québec - Le Reflet

[…] À lire sur le même sujet Juges aux feux d’artifice de La Ronde […]