Juillet rime avec abandons d’animaux

Juillet rime avec abandons d’animaux

Diane Frédérick

Saviez-vous qu’environ 50% des abandons d’animaux surviennent autour du 1er juillet… date à laquelle énormément de Québécois déménagent?

Des gestes insensés qui, très souvent, s’expliquent par le simple départ en vacances de propriétaires. Le nombre d’abandons d’animaux au Québec est estimé à 500 000 par année. Avec ces chiffres records d’abandons, le Québec se classe au premier rang de toute l’Amérique du Nord et surpasse aussi tous les 27 pays de l’Union Européenne. «On peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les animaux y sont traités.» (Gandhi). Si cela est le cas, nous pouvons dire que le Québec n’est pas très «grand»…

Lors d’un déménagement, les gens abandonnent leurs chats non stérilisés dehors. Les chats sont parfois laissés seuls dans des logements vides, après que les locataires soient déménagés. Ou encore, ils sont «dumpés» à la campagne. Les fermiers et les écuries se retrouvent avec plusieurs chats abandonnés et ils ne peuvent pas subvenir à leurs besoins. Certains propriétaires amènent leurs chats au camping pour l’été et les laissent là à l’automne. Ils passent donc l’hiver seuls, sans abri et sans nourriture.

Un couple de chats non stérilisés peut donner naissance à 10 chatons la première année qui pourront, à leur tour, donner naissance à plus de 100 chatons l’année suivante. Chaque année, des milliers de chatons voient le jour, bien plus qu’il n’y a d’adoptants et, chaque année, des milliers de chats et de chatons meurent dans les refuges saturés ou doivent être euthanasiés. En Montérégie, le nombre de chats sans foyer a quadruplé en 2014. Au moins la moitié sera euthanasiée dès leur arrivée dans les refuges animaliers.

Afin de protéger les animaux contre la maltraitance, le 5 juin 2015 Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) déposait à l’Assemblée nationale, un projet de loi pour faire en sorte que les animaux ne soient plus considérés légalement comme des «biens meubles», mais plutôt comme des êtres vivants doués de sensibilité et capables de ressentir la douleur. Il faut inciter les gens qui ne s’occupent pas adéquatement de leurs animaux domestiques à se responsabiliser. Il faut travailler sur un changement de culture. Nous devons considérer nos animaux comme des membres de la famille. Si vous adoptez un animal de compagnie, c’est pour la vie.

Pour limiter la prolifération féline, les maltraitances et les euthanasies inutiles, faites stériliser votre animal. Si vous devez vous en départir, assurez-vous de choisir un refuge qui ne pratique pas l’euthanasie.

Pour ma part, je continue de trapper et de faire stériliser les chats errants. Puis, je leur trouve un foyer avec l’aide de SOS Minou et Pitou magasin de Delson ainsi que Réseau Secours animal, deux refuges qui ne pratiquent pas l’euthanasie. En cette période de l’année très occupée, nous avons besoin de familles d’accueil pour garder les chats et les chatons, le temps de leur trouver un foyer.

Vous pouvez communiquer avec moi si vous avez des questions sur la stérilisation des chats errants à moindres coûts ou pour des dons.

Diane Frédérick,

Candiac

diane.frederick@videotron.ca / 450 845-1425

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar